Vivec (Ville)

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Disambig colour.png Pour les articles homonymes, voir Vivec.
Vivec (VIVEC)

Cité des Épées

Vivec city

Description de cette image, également commentée ci-après

La ville en 2E 582

Administration
Province Morrowind
Région Îles ascadiennes
Histoire
Fondation environ 1E 685
Abandon Année Rouge
3 clairciel 4E 5
Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de la ville en 2E 583

Vivec (VIVEC) est la capitale du district de Vvardenfell[1], en Morrowind, située au sud de la région des Îles ascadiennes[2] dans la baie de Norvayn[3].

À l'origine simple temple du dieu vivant Vivec, l'afflux régulier et croissant de migrants le fait s'agrandir rapidement en une grande ville.

Celle-ci est malheureusement rasée par la chute de la lune Baar Dau après la disparition de Vivec.

Histoire

Enfin, les os de Horde Montagne touchèrent terre à leur tour, devenant les fondations de la Cité des Epées, que Vivec baptisa en l'honneur de son propre symbole. Le filet retomba par-dessus telle une série de ponts tendus entre les ossements et, comme ses mailles avaient été touchées par la sainte sagesse, elles devinrent les rues les plus parfaites du monde connu.Vivec, 36 Leçons de Vivec, 24e Sermon

Selon la légende, la ville aurait été fondée par le Dieu Vivec après la bataille du Mont Écarlate et l'ascension du Tribunal, peu après 1E 685.

À l'origine, seul le temple du dieu est érigé au milieu de la baie de Norvayn. De plus en plus de pèlerins souhaitant rendre hommage au dieu, le canton du temple est érigé pour les accueillir puis les cantons de Saint Délyn et Saint Olms pour les loger[4].

Par la suite, Shéogorath arrive à convaincre l'un des enfants de Vivec et Molag Bal, Baar Dau, de se jeter contre la nouvelle cité de son père. Vivec l'arrête avant qu'il ne s'écrase[5] et le transperce de sa lance Muatra. Il le laisse en lévitation au-dessus de la ville indiquant au peuple qu'il restera à sa place tant que le peuple continuera à adorer son dieu[6][7].

Vers le milieu de la Deuxième Ère, alors que de plus en plus de pèlerins se présentent en ville, Vivec souhaite que des guerriers pacifient les terres environnantes. La Maison Rédoran répond à l'appel et devient la police de la ville[8]. Elle est rapidement rejointe par la Maison Hlaalu qui apporte des liquidités. Ainsi, en 2E 583, quatre nouveaux cantons sont en construction[9] correspondant aux deux maisons précédemment citées ainsi qu'à la Maison Telvanni et le dernier dédié à une future arène[4].

La même année, la maladie de Vivec affaiblit ses pouvoirs et son contrôle sur Baar Dau. La petite lune commence à reprendre lentement sa course vers la ville tout en se fragmentant. Les fragments plus petits s'écrase alors en ville provoquant la panique. Heureusement, un Vestige aidé de Barilzar arrive à soigner le dieu qui arrête la lune à sa nouvelle position juste au dessus du canton du temple[10].

Après la fin du Pacte de Cœurébène, Morrowind se replie sur elle-même et la ville de Vivec interdit son entrée aux étrangers. Pour les accueillir même de manière temporaire, un nouveau canton, opportunément appelé "quartier étranger", est érigé au nord de la ville. Cette interdiction aux étrangers est levée après l'entrée de Morrowind au sein de l'Empire de Tiber Septim.

En 3E 427, le Nérévarine rencontre le dieu Vivec dans son palais afin que celui-ci lui explique son plan afin de battre une bonne fois pour toute Dagoth Ur[11].

Après la disparition du dieu Vivec, il n'y a plus personne pour maintenir la lune Baar Dau en l'air au dessus de la ville ; même si Vuhon la maintient un temps, le ministère finit par tomber en reprenant sa vitesse initiale comme s'il n'avait jamais été arrêté[12]. Le choc est tel que le Mont Écarlate entre en éruption. La ville est donc détruite au début de l'ère Quatrième[13][14].

Structure

En 3E 427, La ville s'étale du nord au sud et de l'est à l'ouest en huit cantons, faisant chacun la taille d'une ville, le tout formant une croix sur la carte.

Au nord se trouve le canton étranger réservé uniquement aux étrangers qui n'ont à l'origine pas le droit d'aller dans les autres cantons. S'élevant sur trois niveaux, il comporte en plus de zones d'habitations, des marchands se livrant à une véritable guerre commerciale[15], tavernes ainsi que les sièges des différentes guildes impériales mais aussi clandestines[16].

Quasiment alignés d'ouest en est, on trouve ensuite les cantons Hlaalu, Rédoran, de l’arène et Telvanni. Ces cantons regroupent les membres et services des différentes Maisons dunmeri dominantes à l'époque à l'exception du canton de l'arène qui, comme son nom l'indique, abrite une arène où se déroulent des spectacles variés, allant des pièces de théâtre aux fausses batailles.

Ensuite les cantons de Saint Délyn et Saint Olms sont des cantons résidentiels pour les gens les moins fortunés regroupant également une grande concentration d'artisans dans des domaines variés.

Ensuite, le canton du Temple, où trône le Grand Sanctuaire, regroupe un grand nombre de services religieux de la ville. Les niveaux inférieur abritent le Palais de la Sagesse, servant de lieux de repos et d'études aux religieux, et le Palais de la Justice, quartier général des Ordonnateurs. Le Ministère de la Vérité, aménagé dans la lune flottante Baar Dau, sert de prison.

Enfin, à l'extrême sud de la ville, le Palais de Vivec où le dieu vivant siège[17].

Galerie

Notes et références

Apparitions

Références