Empire Septim

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Disambig colour.png Pour les articles homonymes, voir Empire (homonymie).

Empire Septim

Description de cette image, également commentée ci-après

Symbole de l'Empire Septim

Administration
Forme de l'État Empire
Titre du dirigeant Empereur
Continent Tamriel
Capitale Cité Impériale
Races Impériaux
Monnaie Or
Histoire
Troisième Empire 2E 854 - 4E 10

L'Empire Septim est la troisième itération de l'Empire de Cyrodiil qui apparait suite à la fin de l'Interrègne lorsque Cuhlecain aidé de Tiber Septim prend le contrôle de la Cité Impériale en 2E 854.

Il prend fin en 4E 10 après que Martin Septim, le dernier héritier de la Maison de Septim, se soit sacrifié pour mettre un terme à la Crise d'Oblivion. L'Empire subsiste pendant quelques années grâce au chancelier Ocato de Primeterre mais il est assassiné en 4E 10 et l'Empire Septim s'effondre alors pour laisser place à l'Interregnum de la Couronne de fureur.

Histoire

En 2E 852, Cuhlecain, un seigneur Colovien capture la cité impériale et se nomme Empereur après avoir retrouvé l'Amulette des rois à Sancre Tor, avec l'aide du général Talos[1]. Sous les ordres de Cuhlecain, Talos commence alors à réunifier les provinces de l'Empire.

En 2E 854, le nouvel Empereur est assassiné. Son second, Talos, échappe à l'assassinat qui lui est aussi destiné et succède à Cuhlecain sur le trône sous le nom de Tiber Septim[2]. C'est ainsi que débute le 3e Empire.

Tiber Septim et le Troisième Empire

Tiber Septim, fondateur de la 3e ère

Une fois Tiber Septim empereur, celui-ci continue la conquête et l'unification de Tamriel qu'il commence en tant que Général de Cuhlecain.

En 2E 862, Martelfell tombe sous le joug impérial après la bataille de la Baie de Hunding. Mais cette victoire n'est que partielle, car en 2E 864, les actions de la rébellion rougegarde, la Ligue des Infatigables et leur héros Cyrus, forcent l'Empire à signer un traité plus favorable à Martelfell.

Lorsqu'il arrive en Morrowind, Tiber Septim négocie avec Vivec la reddition de la province et reçoit de ce dernier un antique colosse Dwemer inactif, le Numidium[3]. En échange, les Dunmers peuvent garder leurs traditions et participer activement à la vie politique de la province[4]. En 2E 896, son mage de guerre Zurin Arctus crée le Totem et la Mantella qui permettent à Tiber Septim de contrôler le Numidium afin de l'utiliser pour conquérir le Domaine Aldmeri en 2E 897 et ainsi compléter sa domination de Tamriel. Une fois Tamriel unifié, l'Empereur proclame le début de la 3e ère.

Après avoir défait tous ces adversaires, Tiber Septim commence à utiliser le Numidium pour éliminer toutes les familles royales qui ne lui sont pas fidèles. Cela met en colère Zurin Arctus et une bataille s'ensuit dans laquelle le Numidium et la Mantella sont perdus et Zurin Arctus est vaincu.

Le règne de Tiber Septim est très prospère et il est aujourd'hui encore connu comme le plus grand Empereur de Tamriel.

À sa mort en 3E 38, son fils Pélagius Septim I lui succède. Tiber Septim, lui, rejoint les Huit divins pour former les Neuf divins sous le nom de Talos[5][6].

En 3E 41, Pélagius 1er est assassiné par la Confrérie noire.

La lignée d'Agnorith Septim

Comme Pélagius Septim n'a pas de descendance, c'est sa cousine Kintyra Septim I, fille d'Agnorith Septim le frère de Tiber Septim, qui prend sa succession. Son règne est prospère, mais elle meurt seulement quelques années plus tard en 3E 48.

Uriel Septim I 1er, son fils, est nommé Empereur. Il promulgue un grand nombre de lois et encourage le développement des organisations indépendantes et des guildes. Il meurt en 3E 64.

Son fils, Uriel Septim II, lui succède. Étant un Empereur trop clément et trop laxiste, son règne est tragiquement marqué par la ruine, la peste et les insurrections. Il meurt en 3E 82.

Son fils, Pélagius Septim II, lui succède. Il a la lourde tâche de redresser l'Empire, ce qu'il fait au prix de la perte de certains conseillers d'une grande sagesse. Il meurt en 3E 99.

Son fils, Antiochus Septim, lui succède. Étant un Empereur décadent, son règne est encore plus désastreux que celui d'Uriel Septim II, l'Empire subit de nombreuses insurrections notamment la Guerre de l'île. Il meurt en 3E 119.

Sa fille, Kintyra Septim II, lui succède. Cependant, son cousin, Uriel Mantiarco, fils de la Reine Louve Potéma, elle même fille de Pélagius Septim II, l'accuse d'être une enfant bâtarde fruit de la décadence de son père. Comme les accusations ne suffisent pas à l'évincer du trône, en 3E 121, Uriel[7] aidé par Potéma et par plusieurs rois en colère mène une triple attaque simultanée contre l'Empire pendant laquelle l'Impératrice est capturée et ses proches massacrés. Uriel se fait alors couronner sous le nom impropre d'Uriel Septim III. Kintyra Septim II meurt plus tard en prison.

Il s'en suit une période de trouble, la guerre du Diamant Rouge, qui dure jusqu'en 3E 127. Pendant cette guerre, les descendants de Pélagius Septim II se disputent le trône : Potéma et son fils Uriel Septim III, Cephorus Septim et Magnus Septim. La guerre se termine avec la Bataille d'Ichidag pendant laquelle Uriel Septim III est capturé. Il meurt brûlé vif par la foule en colère[8][9].

Cephorus Septim succède sur le trône. Son règne est marqué par la guerre qui continue contre sa sœur Potéma jusqu'an 3E 137. Il meurt en 3E 140.

Cephorus Septim n'ayant aucune descendance, c'est son frère Magnus Septim, déjà âgé, qui lui succède. Il meurt en 3E 145.

Son fils, Pélagius Septim III, lui succède. Cet Empereur est surnommé Pélagius le fou et souffre de trouble mentaux l'empêchant de régner. Si bien que c'est sa femme Katariah Ra'athim qui doit assurer la régence de Tamriel avec le Conseil des Anciens à partir de 3E 147. L'Empereur meurt en 3E 153[10].

La lignée de Katariah Ra-athim-Septim

À la mort de Pélagius Septim III, Katariah est officiellement nommée Impératrice sous le nom de Katariah Septim, éloignant du trône les héritiers Septim. Elle est la première dunmer à monter sur trône impérial. Son règne est long et glorieux, et elle est en mesure de réparer les dégâts causés par les précédentes guerres et alliances rompues. Elle est adorée du peuple, mais moins de la noblesse et meurt en 3E 200 lors d'une embuscade dont on sait aujourd'hui qu'elle est commanditée par une branche écartée du pouvoir de la lignée de Tiber Septim.

Son fils, le demi-elfe Cassynder Septim, monte sur le trône alors qu'il est déjà d'un âge avancé. Il meurt en 3E 202.

Son demi frère, Uriel Lariat, fils de Katariah Septim et de Galivère Lariat, lui succède sous le nom d'Uriel Septim IV. Même si ce dernier est bien un Septim, ayant été adopté par Cassynder, il n'est jamais accepté comme autre chose qu'un bâtard de Katariah Septim par le conseil des Anciens et le peuple[11]. Comme Uriel Septim IV n'a pas la force de caractère de sa mère, il est incapable d'imposer sa volonté au conseil qui lui résiste et a une grande importance à l'époque. Son règne est donc marqué par les séditions et les insurrections. Il meurt en 3E 247.

La lignée de Cephorus Septim II

Après la mort d'Uriel Septim IV, par décision du conseil des Anciens, le titre d'Empereur revient à son cousin le plus proche de la ligné de Tiber Septim, Cephorus Septim II. Cette décision déshérite Andorak, le fils de Uriel Septim IV; la guerre civile éclate et dure 9 ans entre les deux monarques.

Mais cette guerre n'est pas la pire que connait le règne de Cephorus Septim II, car en effet, en 3E 249, l'Usurpateur Camoréen attaque l'Empire en commençant par le Val-Boisé à la tête d'une armée de morts-vivants et de daedra. Malgré ses efforts, l'Empire est incapable d'arrêter l'avancée de l'Usurpateur vers le Nord, et lorsqu'il est vaincu en 3E 267, c'est par la flotte des royaumes de Hauteroche fédérés par le Baron Othrok de Dwynnen. Il résulte de cette guerre une rancœur grandissante des provinces contre un Empire inefficace.

Cephorus Septim II meurt en 3E 268. Son fils Uriel Septim V lui succède. Le nouvel empereur se lance alors dans une série d'invasions : Roscrea en 3E 271, Cathnoquée en 3E 276, Ynesléa en 3E 279 et Esroniet en 3E 284. Puis il tente l'audacieuse conquête d'Akavir en 3E 288, mais c'est une défaite et l'Empereur est tué lors de la bataille d'Ionith en 3E 290. Il reste encore aujourd'hui connu comme l'un des plus grands Empereurs-guerriers de l'Empire[12].

Son fils Uriel Septim VI lui succède alors qu'il n'a que 5 ans. Sa mère Thonica et surtout le Conseil des Anciens assurent la régence. Le Conseil en profite pour promulguer des lois au profit de ses membres. Lorsque l'Empereur arrive à sa majorité, le conseil et sa mère qui ne veulent pas lâcher le pouvoir s'arrangent pour que son pouvoir soit limité à un droit de veto. Uriel Septim VI use de son influence et à force de patience réussit à récupérer le pouvoir qui lui est dû en 3E 313 avec l'aide de son réseau d'agents et d'espions ainsi que de sa sœur Morihatha Septim. L'Empereur meurt finalement en 3E 320 d'une chute de cheval.

Morihatha Septim lui succède. Elle réintroduit la tradition du mage de guerre impérial à la cours, tradition délaissée depuis la trahison de Zurin Arctus. Elle instaure également un véritable gouvernement en Cyrodiil. Comme les troubles continuent dans les autres provinces de l'Empire depuis le règne de Cephorus Septim II, elle entreprend une reconquête de Tamriel de manière prudente et d'une lenteur qui exaspére le Conseil des anciens. Cette stratégie porte tout de même ses fruits, mais Morihatha meurt lors d'un assassinat commandité par l'un des ses conseiller, Thoricles Romus, en 3E 339. Ce dernier est exécuté sommairement.

Comme Morihatha Septim n'a pas d'enfant et plus de sœur, c'est son neveu Pélagius Septim IV qui lui succède. Il tente de marcher dans les pas de sa tante en continuant sa reconquête avec la même patience, cependant il n'a pas son succès car les provinces ont été indépendantes depuis trop longtemps et ne veulent plus de la présence impériale. Il meurt en 3E 368, Tamriel est alors presque à nouveau unifié.

Son fils Uriel Septim VII lui succède. Il est connu pour posséder toutes les qualités de ses aïeux et réussi à reconquérir et conserver l'Empire uni pendant tout son règne malgré les nombreuses menaces qui pèsent sur l'Empire.
En 3E 389, son mage de guerre Jagar Tharn le trahit et l'emprisonne dans une dimension parallèle avec l'aide du bâton du Chaos puis prend son apparence afin de prendre le pouvoir. Il ne continue pas la politique de l'Empereur et utilise sa nouvelle fonction pour servir ses propres objectifs[13]. Il aide notamment Méhrunes Dagon à s'emparer de l'école des mages de guerre Impériaux Mortecime et laisse les conflits locaux, en partie provoqués par lui-même, dégénérer dans l'Empire : la Guerre de Cinq Ans, la guerre de Bend'r-mahk, la guerre d'Arnésie & la Guerre du Détroit d'Azur. On nomme cette période trouble, qui dure jusqu'en 3E 399, le Simulacre Impérial. Cette année-là, un Champion aidé de Ria Silmane retrouve les fragments du bâton du chaos, vainc Jagar Tharn et libère l'Empereur Uriel Septim VII qui reprend alors le pouvoir[14].
En 3E 405, le Totem et le Mantella sont retrouvés par un agent de l'Empereur qui évite par la même occasion un complot contre l'Empire datant de la Guerre de Brétonie de 3E 403. Il s'en suit le Voile de l'Ouest en 3E 417 pendant lequel six personnes activent la Mantella en six lieux différents. L'Empereur est l'un d'eux et il utilise le pouvoir de la pierre pour consolider l'Empire[15].
En 3E 433, Uriel Septim VII est assassiné par l'Aube mythique ainsi que tous ses héritiers[16].

La mort de L'Empereur est le début de la Crise d'Oblivion, une invasion massive de Tamriel par les forces de Méhrunes Dagon. Juste avant de mourir, Uriel Septim VII demande à celui qui sera plus tard le Champion de Cyrodiil et qu'il a aperçu en rêve de retrouver son fils caché Martin Septim qui serait le seul à pouvoir empêcher l'invasion daedrique avec l'aide de l'Amulette des rois. L'héritier est retrouvé, mais il a tout juste le temps de se faire à son nouveau titre d'Empereur qu'il meurt en se sacrifiant au Temple de l'Unique afin de bannir Méhrunes Dagon de Tamriel. Les daedra sont finalement repoussés, mais à quel prix, la lignée Septim est en effet définitivement éteinte[17][18].

Ocato de Primeterre, mage de guerre impérial et chancelier du conseil des ancien est alors en charge de la régence de l'Empire. Suite à la perte de l'Empereur et l'absence d'héritier, les différentes provinces commencent à s'agiter et s'effondrent à la mort d'Ocato, en 4E 10[19]. Le troisième Empire se termine, après 485 années d'existence.

Politique et organisation

La Cité Impériale, siège de l'Empire depuis la fin de la Première Ère.

L'Empire est dirigé depuis la Tour d'Or blanc de la Cité Impériale par l'Empereur et par le Conseil des Anciens. C'est le Conseil et son Chancelier qui sont traditionnellement en charge de l'Empire lorsque l'Empereur est absent ou lors d'une période de régence.

L'ordre dans l'Empire est assuré par la Légion impériale qui est également l'armée de l'Empire.

Comme tout gouvernement qui se respecte, l'Empire possède plusieurs organismes officiels aux tâches bien définies comme le Bureau des Taxes et du Recensement ou la Société Géographique Impériale.

Certaines activités sont également gérées de manière légale sous forme de guildes comme c'est le cas de la Guilde des Mages et de la Guilde des Guerriers.

La monnaie officielle de l'Empire est le Septim, elle est utilisée dans toutes ses provinces[20].

Religion

La religion officielle de l'Empire est le culte des Neuf divins. Cependant, la tolérance religieuse est de mise pour veiller à l'unité de l'Empire.

Le Culte des Neuf est tout de même majoritaire et reste un symbole de l'Empire. Ainsi, le rite du couronnement de l'Empereur est fait sous la bénédiction des Neuf au Temple de l'Unique. De même, le Guide de poche de l'Empire, ouvrage officiel impérial visant à instruire le peuple, commence par une prière aux Neuf divins montrant la volonté de l'administration impériale de favoriser ce culte par rapport aux autres. Partout où l'Empire s'étend, le Culte des Neuf est importé avec lui. On trouve ainsi des temples des Neuf en Morrowind, une des régions les moins tolérantes de l'Empire où les habitants vénèrent plutôt leurs propres dieux, saints et ancêtres.

Notes et références