Guerre de l'île

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Guerre de l'île
Description de cette image, également commentée ci-après

L'Archipel de l'Automne: lieu des combats

Informations générales
Date 3E 110
Lieu Archipel de l'Automne
Issue Destruction de la flotte de guerre maormer

Échec de l'invasion pyandonéenne

Révolte contre l'Empereur menant à la Guerre du Diamant Rouge
Belligérants
Empire Septim

L'Archipel de l'Automne

L'Ordre Psijique
Pyandonée
Commandants
Empereur Antiochus Septim
Iachésis
Roi Orgnum

La Guerre de l'île (ou Guerre de l'Archipel[1][2]) engage en 3E 110 l'Empire Septim contre le royaume de Pyandonée. Bien qu'il y ait eu des combats désastreux pour l'Empire, cette guerre est surtout l'occasion de manœuvres politiques entre les différents protagonistes.

Cette année là, la Reine-Louve reçoit le roi de Pyandonée, Orgnum, à Solitude, ce qui attire les soupçons de l'Empereur Antiochus Septim et de l'Ordre Psijique. Ces derniers ont en effet remarqué qu'Orgnum construit une énorme flotte avec laquelle il projette d'envahir Tamriel. La même année, il attaque l'Archipel de l'Automne, remporte les victoires les unes à la suite des autres et conquiert une majorité des îles de l'Archipel. Seule une tempête, sûrement provoquée par l'Ordre Psijique, détruit la flotte d'Orgnum et mettre fin aux ambitions belliqueuses des Maormers. Plus de 500 ans plus tard, on entend peu parler de ce royaume insulaire.

Histoire

Prémices

Malgré des racines communes entre les Altmers et Maormers, provenant tous deux, selon les études des tapisseries de la Tour de Cristal, d'Aldmeris - il y a toujours eu une profonde inimitié entre Pyandonée et l'Archipel de l'Automne. En effet, les Maormers n'hésitent pas à attaquer fréquemment l'Archipel, comme en 2E 486.

Au début de la troisième ère, un conflit éclate à nouveau. L'immortel roi maormer Orgnum prévoit d'envahir Tamriel et rassemble à cet effet une immense marine.

Guerre, politique et trahisons

La modernisation de la flotte pyandonéique ne passe pas inaperçue dans l'Empire Septim. L'Empereur Antiochus Septim, pourtant relativement désintéressé par la politique, est inquiet quant à cette modernisation et demande un rapport afin de réagir au mieux. L'Empire améliore donc sa propre marine, bien qu'il soit évident qu'elle ne sera pas suffisamment prête pour affronter le cas échéant la flotte d'Orgnum.

Pour cette raison, il est apparu nécessaire à l'empereur Antiochus d'entrer en négociations avec les membres de l'Ordre Psijique afin de leur demander leur soutien. Il dépêche donc l'émissaire Levlet pour négocier avec le maître Psijique Iachesis. Antiochus leur propose, en échange de leur aide militaire, la coquette somme de douze millions de septims, alors que l'Ordre en demande 50 millions. Cependant après d'âpres négociations menées par Levlet, l'Ordre Psijique accepte la première proposition, conscient des dangers qu'entraîneraient pour lui l'invasion de Tamriel par les forces d'Orgnum.

À ce même moment, Orgnum entreprend une visite à Bordeciel, où il apprécie l'hospitalité de la reine Potéma. Cette nouvelle est jugée préoccupante par le gouvernement et l'Ordre Psijique. Les présages de la guerre avec Pyandonée sont légions et ils s'inquiètent du fait que Potéma reçoive le roi maormer à Solitude. Par conséquent, Levlet et Maître Iachesis sont dépêchés auprès de la reine de Bordeciel, et une audience a lieu entre Iachesis et Potéma.

L'influence de l'Ordre sur Potéma au cours de cette entrevue est vite devenue claire. La reine projette, de toute évidence, de conclure un accord avec Orgnum et de le soutenir dans ses plans d'invasions. En retour, elle serait nommée impératrice. La Guilde des Mages, créée par un ancien décret Psijique, désormais puissante et influente, se range du côté de Potéma.

Compte tenu de ce fait, l'Ordre Psijique n'a plus que le choix de négocier avec l'envoyé de l'Empereur, Levlet, pour trouver un accord. L'émissaire et Iachésis se sont retrouvés dans la Lune nauséeuse (taverne de Solitude sous le règne de Potéma. Les discussions se sont sûrement déroulées à l'étage, bien que ce soit encore discutable) et ont convenu que l'Ordre aurait le soutien de l'Empire pour huit millions de septims.

Pourtant ce que les Psijiques n'ont pas imaginé, c'est que Potéma a joué avec les deux protagonistes un jeu habile, bien que dangereux. La Reine-Louve a non seulement prévu un soulèvement contre son frère Antiochus, mais a aussi roulé Orgnum dans la farine. Ces transactions ne sont que camouflages. En réalité, Potéma a corrompu Levlet qui a ainsi dirigé les négociations à leur profit : les Psijiques aideraient l'Empire pour huit millions de septims, mais l'Empire n'en saurait rien et se tiendrait aux 12 millions initialement prévus. D'une pierre deux coups, la Reine-Louve planifie la rébellion contre son frère et s'enrichit sur le trésor impérial.

Le départ d'Orgnum vers l'Archipel signe le début de la guerre, dont on ne sait rien de précis par manque de document probant. Cependant, ce qui est certain, c'est que l'Empire a perdu une grande partie de l'Archipel au profit de Pyandonée. Mais il semblerait que la flotte pyandonéenne, en tout point supérieure à celle de l'Empire, et alors sur le point de frapper, est entièrement décimée par une tempête, que l'on attribue à l'Ordre Psijique[3].

Conséquences

La défaite et la destruction complète de la flotte venue de Pyandonée par la tempête de l'Ordre Psijique clôt une fois pour toutes les efforts des Maormers pour envahir Tamriel. Dans La Reine-Louve de Waughin Jarth, il est écrit que le roi Orgnum n'est pas réapparu depuis la défaite, mais encore une fois, peu de sources permettent de corroborer cette information. pendant au moins 500 ans, les Maormers sont restés calmes et l'on présume qu'ils ne sont pas encore en mesure d'établir une force d'invasion assez grande pour attaquer Tamriel. Cependant, le brouillard dense qui dissimule Pyandonée ne nous permet pas d'en savoir plus.

Quant à l'Empire, il a juste évité de justesse une catastrophe militaire. En outre, la situation politique du royaume, déjà au bord de l'explosion avant la guerre, ne s'arrange pas avec la perte d'une partie de l'Archipel de l'Automne. L'Empereur, pour sa part, en dépit de la piètre préparation à la guerre, ressort grandi de ce conflit, prouvant que son empire est capable d'éliminer la menace maormer. Cette victoire reste communément considérée comme la plus grande réussite du règne d'Antiochus.

Finalement, la seule gagnante de la guerre est Potéma. Grâce à ses intrigues, elle a mené son frère au bord du désastre politique et a éliminé la menace de Pyandonée. Par sa fourberie et son influence, elle a soumis les émissaires de l'Empire, parmi lesquels Levlet, à ses moindres désirs. Les 4 millions de septims prélevés au trésor impérial serviront par ailleurs à organiser la révolte contre Antiochus, qui allait mener à la Guerre du Diamant Rouge[4].

Notes et références