Cité Impériale

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Cité Impériale

Cyrodiil

Description de l'image  Cite imperiale.png.
Administration
Province Cyrodiil
Région Terres intérieures
Histoire
Fondation Ère Méréthique
Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de la ville en 2E 582

La Cité Impériale, parfois nommée "Cyrodiil", est la capitale de l'Empire et de la province de Cyrodiil depuis de nombreux siècles[1][2].

Elle est construite sur une île que l'on appelle "île de la cité" entourée par le lac Rumare en amont de la Vallée de Nibenay, en plein centre de Tamriel[3].

Structure

La Cité impériale est de loin la plus grande ville de Tamriel avec Alinor. Son architecture possède des bases ayléides mais elle est principalement impériale.

En 3E 433, elle compte dix quartiers. Au coeur, s’élève le Palais impérial qui accueille le siège politique de l'Empire au sein de la Tour d'or blanc érigée il y a fort longtemps par les Ayléides adorateurs des Daedras. Les tombes des saints et des comtes, des mages de guerre et des empereurs se situent tout autour de la tour.

Autour rayonnent les autres quartiers. Au nord-ouest : les jardins elfiques, un agréable quartier résidentiel.
Ensuite, à l’ouest, le quartier de Talos, un quartier résidentiel[4].
Au sud-ouest : le quartier du temple où se trouve le temple de l'Unique[5] et au-delà, en dehors des murs, le quartier du port.
Au sud-est se trouve un arboretum, et au-delà, à l'extérieur des murs, la célèbre université Arcanes de la Guilde des Mages qui contient entre autres un planétaire Dwemer comme celui de Stros M'Kai. À l’est, s’étend le célèbre quartier de l'Arène. Enfin, le nord-est du Palais découvre le quartier du marché. Au-delà du marché, en dehors des murs de la ville, se dresse la prison impériale[6].

La cité possède également un important réseau d'égouts, de cavernes et autres passages secrets traversant l'île[7][8].

Histoire

La Tour d'or blanc aurait été construite au cours de l'ère méréthique par les ayléides[9].

Elle est le siège d'un puissant état avant que les troupes d'Alessia ne mettent fin à la domination elfique en 1E 243[10]. Par la suite, elle devient la capitale de l'Empire[11].

En 2E 578, une explosion ésotérique appelée l'Éruption des âmes a lieu dans la Cité Impériale et déclenche une série de catastrophes. Ceci, combiné avec la disparition de l'Empereur Varen Aquilarios et l'arrivée d'Ancres noires sur Nirn mène, 4 ans plus tard, à la Guerre des Alliances[12][13].

Pendant la Coalescence, alors que les différentes alliances se battent pour contrôler les forts autour de l'île pour s'assurer d'un semblant de stabilité, la Cité Impériale est envahie de Daedra. Les forces de Molag Bal cherchent à détruire le Sublime brasier, un artefact permettant à un Enfant de Dragon d'allumer les Feux de Dragon[14] et ainsi d'ériger une barrière entre Nirn et l'Oblivion. Le Dragon des Lames, aidée d'un Vestige, décide de se sacrifier en devenant la gardienne du brasier et élimine ainsi l'armée des daedra[15].

À la fin de la Deuxième Ère, la Cité est conquise par Cuhlecain qui se proclame Empereur et met un terme à l'Interrègne[1].

En 3E 433, une secte adoratrice de Méhrunes Dagon, l'Aube mythique, assassine l'Empereur et tous ses héritiers légitimes au sein même du Palais afin d'affaiblir les barrières de Mundus[16].

La même année, un voleur disciple du Renard gris réussit à s'introduire dans le palais et à voler un Parchemin des Anciens[17].

Après la chute du troisième Empire, Titus Mede conquiert la ville avec moins d'un millier d'homme et est couronné empereur en 4E 17.

En 4E 40, la ville est attaqué par la cité volante Umbriel et sa horde de mort-vivants. Le rempart Nord est endommagé mais Umbriel est toutefois bannie à temps avant de faire davantage de dégâts[18].

Au cours de la Grande Guerre, la cité est assiégée, occupée et mise à sac par les armées du Domaine Aldmeri en 4E 174[19] avant d'être récupérée par les armées de l'Empire l'année suivante[20][21].

Galerie

Notes et références

Apparitions

Références