Crise d'Oblivion

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Crise d'Oblivion
Description de cette image, également commentée ci-après

Une porte d'Oblivion

Informations générales
Date 3E 433
Lieu Tamriel
Issue Bannissement de Méhrunes Dagon et fin de la dynastie Septim
Belligérants
Tout Tamriel

Légion impériale

Ordre des Lames
Aube mythique
Légions de Méhrunes Dagon
Commandants
Uriel Septim VII

Martin Septim
Chancelier Ocato de Primeterre
Jauffre

Champion de Cyrodiil
Méhrunes Dagon

Mankar Camoran
Raven Camoran

Ruma Camoran

La Crise d'Oblivion est le nom donné à la tentative d'invasion de Tamriel par Méhrunes Dagon en 3E 433[1].

En Cyrodiil

Une secte adoratrice du Prince Daedra, nommée Aube mythique, entreprit d'éliminer la dynastie Septim. Les trois fils de l'Empereur Uriel Septim VII, Geldall, Enman et Ebel, furent assassinés[2] et le souverain tenta de fuir par les égouts de la prison de la Cité Impériale.

Persuadé qu'il allait mourir, il chargea un prisonnier qu'il avait rencontré (et qui plus tard sera connu sous le nom de Champion de Cyrodiil) de sauver l'Empire en amenant l'Amulette des rois au chef des Lames, Jauffre. Le monarque finit par tomber dans une embuscade de la secte et mourut devant le prisonnier.

Exécutant les dernières volontés du souverain, le prisonnier partit à la rencontre de Jauffre qu'il trouva au prieuré de Weynon. Celui-ci lui apprit l'existence d'un héritier de l'Empereur en la personne de Martin, prêtre à la chapelle d'Akatosh à Kvatch. Visiblement au courant de son existence, Méhrunes Dagon entreprit de raser la ville avec ses légions de galopins ainsi qu'un rampant de siège.

Après avoir aidé les survivants à chasser les daedra de la ville et à fermer la porte d'Oblivion qui la menaçait, le prisonnier, devenu "Héros de Kvatch", retrouve Martin, lui révèle son héritage et l'emmène au prieuré.

Attaqué par l'Aube Mythique et se faisant voler l'amulette des rois, le maitre des Lames, le Héros de Kvatch et l'héritier de l'Empire entreprirent de se rendre au Temple du Maître des Nuages, la forteresse des Lames près de Bruma afin de se mettre en sécurité et de préparer la contre attaque.

Par la suite, le héros traversa tout Cyrodiil, récupéra différents artéfact, traversa des portes d'Oblivion pour mieux les refermer et requit l'aide des comtes des différents comtés de la province pour défendre Bruma, Martin et le temple du maitre des nuages contre l'imminence d'un assaut daedrique.

Finissant par récupérer l'amulette des rois et éliminer le chef de l'Aube Mythique, Mankar Camoran, le héros accompagna Martin à la Cité Impériale afin qu'il bannisse le Prince Daedra. Arrivé au Temple de l'Unique, le jeune prêtre décida de se sacrifier pour mettre définitivement un terme à l'invasion en brisant l'amulette et en se transformant en dragon avatar d'Akatosh (ou plutôt probablement de Lorkhan). Le dragon animé par sa puissance divine renvoya sans mal Dagon dans son plan d'Oblivion d'où il était sorti; une fois le combat fini il se transforma en statue de pierre au beau milieu du Temple de l'Unique et toutes les portes d'Oblivion se refermèrent[3][4].

Dans les autres provinces

L'ouverture de nombreuses portes d'Oblivion et l'invasion de daedra qui s'ensuivit ne fut pas contenue uniquement en Cyrodiil. Des portes s'ouvrirent un peu partout en Tamriel et même si nous n'en avons aucune preuve, il est très probable que tout Nirn fut attaqué.

Ainsi en Morrowind, la ville d'Ald'ruhn fut entièrement détruite[5] malgré l'utilisation par les dunmers d'anciens rituels pour réveiller "l'empereur crabe d'effroi"[6].

Selon certaines rumeurs, la province de Bordeciel aurait été mise à feu et à sang par les daedra bien que d'autres parlent d'un raid nordique sur la Maison Rédoran de Morrowind.

Dans l'Archipel de l'Automne, la Tour de Cristal subit un assaut massif et finit par s'effondrer[7].

Après l'invasion

Le sacrifice de Martin mit un terme définitif à la lignée des Septim. N'ayant plus d'empereur à sa tête, l'Empire se vit assurer une régence par le Conseil des Anciens et plus particulièrement par le mage de guerre impérial Ocato de Primeterre qui fut nommer Potentat.

Déçues du manque d'intervention de la Légion impériale qui fut rappelée en Cyrodiil, de nombreuses provinces commencèrent à vouloir faire sécession[8].

Tout ceci marqua la fin du troisième Empire et le début de la Quatrième Ère.

Notes et Références