Larme

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Larme

Joyau de l'est

Tear

Administration
Province Morrowind
Description de cette image, également commentée ci-après

Position de Larme sur une Carte de Morrowind

Larme est une ville portuaire au Sud de Morrowind considérée comme étant le "Joyau de l'est" au même titre que la ville de Thorn dans le Marais Noir.

Description

Importante ville portuaire de Morrowind, la ville vit de son commerce et abrite un grand nombre de riches commerçants. Le centre-ville est entouré par des murs fortifiés, eux-mêmes protégés constamment par des gardes Dunmers. Cette partie de Larme est habitée par la noblesse de Morrowind, des gens tous plus riches les uns que les autres[1]. Située près du Marais Noir, Larme a un climat relativement chaud[2], expliquant l'importance de l'agriculture aux alentours de la ville.

Étant la capitale de la Maison Drès, le revenu économique principal de Larme est sûrement son implication importante dans l'esclavagisme et le commerce d'esclaves. Plusieurs milliers de prisonniers, dont l'espérance de vie n'est pas très élevée, sont utilisés chaque jour pour travailler dans les plantations[1] de Riz de Sel[3] bordant l'entièreté de la ville. Suite à la libération des esclaves, seules les fermes indépendantes ont subsisté aux alentours de la ville, mais ne sont habitées que par de pauvres commerçants en quête de richesse[1].

Histoire

Capitale ancestrale de la Maison Drès[4], la ville subit plusieurs fois les foudres des abolitionnistes. Aux environs de 2E 850, le Rougegarde Cyrus libère de nombreux esclaves Khajiits d'un camp non loin de la ville[5].

C'est près de Larme que se serait manifestée la seconde apparition de l'Homme-Rubicond avant d'être finalement vaincu par Vivec[6].

Au cours de la Troisième Ère, lorsque la coutume des combats de gladiateurs se répand dans tout Tamriel, Larme se dote de sa propre équipe, appelée "les Immortals"[7].

Au début de la Quatrième Ère, les Argoniens envahissent le Sud de Morrowind ravageant au passage les territoires esclavagistes et probablement une grande partie de la ville[8].

Notes et références