Céphorus Septim II

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Disambig colour.png Pour les articles homonymes, voir Céphorus Septim.
Céphorus Septim II
Description de cette image, également commentée ci-après

Image manquante

Biographie
Naissance Date inconnue
Décès 3E 268
Race Nordique
Sexe Homme
Conjoint(es) Inconnue
Enfant(s) Uriel Septim V
Fonctions
Affiliation Empire Septim
Titre(s) et désignation(s) Empereur
Début de règne 3E 247
Fin de règne 3E 268

Céphorus Septim II fut élu Empereur par le vote du Conseil, car il était plus proche de la lignée originelle des Septim que son cousin Andorak, le roi légitime. Avant cela, il était un Roi Nordique[1]. Il est probablement un descendant de Jolethe, soeur de Thoriz Pélagius Septim III qui remplaça ce dernier sur le trône de Solitude[2].

Les neuf premières années de son règne furent consacrées à guerroyer contre les généraux restés loyaux à Andorak. Bien sûr, Céphorus II eut des ennemis plus dangereux que son cousin[3].

Sortant d'un cauchemar, d'après l'expression d'Eraintine, un homme qui se faisait appeler l'Usurpateur Camoran (la rumeur dit qu'il s'agissait d'une Liche) mena une armée de Daedra et de morts-vivants lors de massacres à travers le Val-Boisé, mettant à genoux tous les royaumes qu'il trouvait sur sa route[3].

Nul ne résistait à ses assauts, et plus le temps passait, moins ceux qui tentaient encore de lui résister étaient nombreux. Céphorus II envoya toujours plus de mercenaires en Martelfell, pour tenter d'endiguer la marche vers le nord de l'Usurpateur, mais quand ils n'étaient pas directement corrompus, ils étaient battus à leur tour, et leurs corps sans vie allaient rejoindre la légion de morts-vivants[3].

Finalement, la défaite de l'Usurpateur ne fut pas vraiment le fait de l'Empereur, mais plutôt celui de divers potentats locaux... Il en résulte qu'à la suite de cette épisode, l'hostilité envers un Empire inefficace était plus forte que jamais[3].

À la mort de l'Empereur, Uriel Septim V lui succéda[4].

Notes et références