TES:Oblivion/Mobile

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
The Elder Scrolls Travels : Oblivion
Description de l'image  OB-mobile-logo.jpg.
Information
Éditeur Bethesda Softworks
Développeur Vir2L Studios
Date de sortie Sortie internationale 2 mai 2006
Plate-forme Téléphone mobile
Contenu
Date 3E 433
Lieu Cyrodiil
Héros Champion de Cyrodiil
Antagoniste(s) Mankar Camoran

The Elder Scrolls Travels : Oblivion est le portage de TES:Oblivion sur téléphone mobile. Cette version est sensiblement différente de la version PC/Console.

L'histoire

OM-Title.png
La lune se lève au-dessus de Tamriel, rouge du Sang Impérial.— Introduction du jeu

Un prisonnier du cachot impérial assiste, du fond de sa cellule, à l'attaque de l'Aube mythique contre l'Empereur Uriel Septim VII et sa garde personnelle. Après une défense héroïque, l'Empereur est le seul survivant, mais il est mortellement blessé. Il se tourne alors vers le prisonnier, lui remet l'Amulette des rois et lui demander de la porter à Jauffre, avant de mourir de ses blessures.

Le prisonnier prend l'Amulette, et pour s'enfuir décide de se déguiser avec la tenue de l'Empereur afin d’échapper à la vigilance de l'Aube Mythique. Il compte bien remettre l'amulette à Jauffre mais seulement en échange d'argent...

Différences avec la version PC/Console

Douglas Frederick, le producteur du jeu, nous explique que ce portage mobile se veut être une adaptation fidèle du jeu PC/Console, au moins au niveau de sa narration et de son ambiance. Si effectivement la quête principale du jeu reprend les points clés de l'intrigue de la version PC/Console et est fidèle esthétiquement parlant, on peut noter un certain nombre de différences notables qui ne proviennent pas de limitations techniques.

Ci-dessous une liste, probablement non-exhaustive, de ces différences :

  • Le héros du jeu est forcément un homme. Et si dans Oblivion PC/Console sa personnalité était définie par le joueur, ici, elle est imposée : il est insolent, sarcastique et quelque peu benêt.
  • Le héros porte tout au long du jeu la robe de l'Empereur, ce qui fait office d'un running-gag.
  • Martin Septim ne demande pas au héros n'importe quel artéfact daedrique pour accomplir le rituel de téléportation vers Gaiar Alata. Au lieu de cela, il demande explicitement l'Étoile d'Azura.
  • Le héros n'obtient pas l’Étoile d'Azura en rendant service à Azura, mais s'en va plutôt piller un sanctuaire dédié à la déesse.
  • Le texte d'introduction et les dialogues du jeu mentionnent une seule lune, or il y a normalement deux lunes.

Galerie

Voir aussi

Liens externes