Prêtres dissidents

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Prêtres Dissidents
Présentation
Type de faction Secte
Politique
Faction mère Temple
Opposition Serviteurs des Tribuns
Ordonnateurs

Les Prêtres Dissidents forment un groupe qui sert le Temple et rejettent le culte et les pratiques des serviteurs des Tribuns, bien qu'ils vénèrent les mêmes dieux mais d'une manière différente. Leur nom vient du fait qu'ils pratiquent une version différente de la religion officielle des Dunmers en donnant des rangs différents aux divinités. Ils reconnaissent que beaucoup de prêtres de base font honneur au Temple[1].

Pensant qu'ils parlent pour eux-mêmes et non pour les Tribuns, les Dissidents rejettent l'autorité du grand Chanoine et des Ordonnateurs. Ils sont d'ailleurs d'avis que les Ordonnateurs échappent désormais à tout contrôle, à moins de n'être que des outils ayant pour seule fonction de maintenir en place une hiérarchie corrompue. Ils pensent également que le haut clergé est plus intéressé par le pouvoir et le luxe qu'au bien-être des pauvres, faibles et ignorants[1].

Les Dissidents étant souvent paranoïaque et nerveux, ils restent presque toute leur vie dans leur temple, rendant leur rencontre très difficile[2].

Culte

Les prêtres dissidents sont des serviteurs du Temple qui se sont surtout fait connaître pour avoir longtemps contesté le statut divin des Tribuns, bien qu'ils ne remettent pas en cause la sainteté ni l'héroïsme de ces derniers. Au contraire, ils demandent même le rétablissement de nombreux aspects du Culte des Ancêtres, tel qu'il était pratiqué par les Cendrais et saint Véloth. Les prêtres débattent encore au sujet des impact que cela amènerait. Les Tribuns voient également les dissidents d'un mauvais œil même si aucune croisade ne s'est déclarée[2].

Les prêtres dissidents soutiennent que le Temple a toujours eu deux visages : l'un, public, qui serait représenté par le Hiérogryphe compilant les "écrits des prêtres" et l'autre, caché, qui serait représenté par l'Apogryphe rassemblant les "écrits secrets"[1].

Certains écrits de la secte sont connus du grand public tel que La Marche en Avant de la Vérité qui explique le fonctionnement du groupe et semble être tiré de l'Hiérogryphe. La Prophétie Oubliée, Outils de Kagrénac et Les Sept Malédictions sont, eux, des textes religieux qui sont tirés de l'Apogryphe.

Histoire

Durant la fin de l’Ère Troisième, le Monastère d'Holamayan devient le refuge secret des Prêtres dissidents fuyant la répression des Ordonnateurs et de la hiérarchie du Temple des Tribuns. Le chef du mouvement est Gilvas Barelo, l'abbé d'Holamayan.

En 3E 417, suite à la débâcle du Mont Écarlate, le cercle intérieur des prêtres du Temple commence à soupçonner les Tribuns d'avoir terriblement souffert de leurs blessures, mais sans se rendre compte de l'étendue du problème[3]. Après cet incident et jusqu'en 3E 427[4], les trois Tribuns, alors devenus immortels, ont persécutés les prêtres dissidents au lieu de demander leur aide[5]. Durant les mêmes années, Dagoth-Ur aurait exercé une influence sur les Dissidents, bien qu'on ne sache pas de quel type[3].

En 4E 5, après l'éruption du Mont écarlate, la disparition des trois Tribuns et la fin de la lutte entre eux et le Temple, les prêtres dissidents prennent le contrôle total de la hiérarchie du Temple et les prêtres loyaux aux Tribuns sont éliminés ou abandonnés. Les Dissidents se renomment le "Nouveau Temple" et déclarent que le culte des Tribuns est le résultat de préceptes malavisés et en rejetent toutes les fautes sur l'ancien Tribunal. Le Temple enseigne alors que les Daedra vénérés par les tribus cendraises, Azura, Méphala et Boéthia, sont les seuls dignes d'être honorés par les Dunmers. Ces Daedra sont nommés, les Cathartes, comme si leurs méthodes cathartiques permettent de purger les erreurs du Tribunal. Pour conquérir le cœur de la vaste majorité des prêtres qui n'étaient ni dissidents ni loyalistes, Almalexia, Sotha Sil et Vivec sont rabaissés au rang de saints[6].

Notes et références