Almalexia (Déesse)

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Disambig colour.png Pour les articles homonymes, voir Almalexia.
Almalexia
Description de cette image, également commentée ci-après

Almalexia en 2E 586

Biographie
Naissance Date inconnue
Décès 3E 427
Race Chimer
Sexe Femme
Fonctions
Affiliation Resdayn
Titre(s) et désignation(s) Déesse de la Triune des Dieux-Rois du Tribunal
Ayem
Mère Morrowind

Almalexia, ou la Mère Guérisseuse, souvent simplement appelée par la première lettre de son nom dans l'alphabet daedrique, Ayem, forme avec Vivec et Sotha Sil la Triune des trois Dieux-Rois du Tribunal, qui règnent sur le peuple Dunmer de l'actuel Morrowind entre la Guerre du Premier Conseil (1E 668) et l'avènement du Nérévarine (3E 427).

Biographie

Je suis la reine à visage de Serpent du Trois-en-Un.— Almalexia, 36 Leçons de Vivec, 1er Sermon

L'avènement du Tribunal

La guerre du Premier Conseil

Quand, après avoir unifié tous les clans Chimer de Resdayn et chassé les Nordiques de la contrée avec l'aide des Dwemers de Dumac, le grand khan Indoril Nérévar fonde le Premier Conseil, Almalexia devient à la fois l'un des conseillers les plus importants et la femme du Roi Chimer[1]. Lors de leur mariage, elle reçoit en présent de la part de Dumac, ami de Nérévar, l'épée légendaire Vifespoir, jumelle de Viveflamme qui revient à son mari.

Après la découverte du projet sacrilège des Dwemers par le seigneur Dagoth-Ur, Almalexia fait partie des premiers conseillers à tenter de convaincre Nérévar de déclarer la guerre au peuple nain. Elle doit probablement concevoir le "nouveau dieu" Numidium, fruit du prêtre Dwemer Kagrénac, comme un affront à leur culte zélé des Daedra.

Lors de la bataille du Mont Écarlate, elle reste aux côtés de Vivec et de Sotha Sil à l'extérieur pour mener les combats, laissant le temps à Nérévar, accompagné de Dagoth Ur, de pénétrer dans la chambre du Cœur de Lorkhan pour l'anéantir[2]. Son rôle à partir de cet instant est ambigu, et diffère selon plusieurs versions, mais l'histoire la plus probable est la suivante : ayant laissé Dagoth Ur à l'intérieur pour surveiller les outils de Kagrénac, Nérévar se rend auprès de sa reine et de ses généraux pour demander ce qu'il convient de faire. Ils lui répondent qu'il serait avisé de ne pas détruire les outils, mais de les étudier pour se prévenir d'une éventuelle future invasion des Dwemers. En vérité, Almalexia et ses deux amis ont été corrompus par le pouvoir du coeur, et désirent alors l'immortalité divine pour diriger Resdayn en tant que dieux. Ils mentent à Nérévar, qui n'est pas d'accord avec eux, lui promettant d'invoquer Azura pour leur porter conseil.

Représentation du meurtre de Nérévar

Il est possible qu'Almalexia assassine alors son propre mari[3] lors du rituel d'invocation[4], mais cette information est incertaine. Il se peut, également, que le rituel soit bien respecté, et que tous jurent à Azura de ne pas utiliser les outils pour leurs propres intérêts.

Nérévar et ses conseillers se rendent donc dans la chambre, mais Dagoth Ur et ses serviteurs, corrompus par l'aura maléfique du coeur de Lorkhan, refusent de s'en séparer. Ils affrontent Nérévar et ses troupes avant de capituler, vaincus. Une fois en possession des outils de Kagrénac, Almalexia, tout comme ses deux compagnons, brise le serment qu'ils avaient prononcé à Azura et dérobent les outils de Kagrénac pour les utiliser[5].

Kyne et Mara et Dibella et les seize éléments daedriques : tous ont donné à la reine à visage de Serpent lorsqu'elle a touché le tambour. Leur somme ? Une Magnifique Cala comme personne n'en a jamais vu. Cala ! L'humidité du Royaume !— Nu-Hatta, Nu-Hatta, de l’Arbre d’Investigation de la Phalène Sphinx

Ils instaurent un nouveau culte en Morrowind, celui du Temple, qui vénère le Tribunal, constitué des trois dieux tribuns Vivec le poète, Almalexia la mère guérisseuse et Sotha Sil. Parallèlement, ils prennent la direction de la contrée, en s'auto-proclamant monarques immortels. Leurs fidèles doivent alors se référer à eux sous l'appellation ALMSIVI, ou de la Triune au nom des grands actes d'héroïsme dont ils disent avoir fait preuve au cours de l'histoire de leur peuple[6]. Au sein de ce culte, Almalexia représente la Merci.

Furieuse, Azura réagit alors à la profanation des trois nouveaux dieux, usant de ses capacités pour punir l'ensemble du peuple Chimer qu'Almalexia, Vivec et Sotha Sil chérissent tant : leur peau s'assombrit, et des flammes rougeoyantes s'allument dans leurs yeux. Les Chimers deviennent les Dunmers. La déesse Daedra énonce la prophétie du Nérévarine, réincarnation du roi défunt Nérévar qui viendra appliquer aux Tribuns la sentence qu'ils méritent.

Ce fut la fin de la Guerre du Premier Conseil, et l'avènement du Tribunal.

L'Alma Mater de Morrowind

Représentation artistique d'Almalexia.

Le sac de Longsanglot

Après avoir accédé au rang de dieux vivants du Tribunal, les Tribuns commencent à façonner la société idéale qu'ils ont tant rêvé pour leur peuple. Ils obtiennent la confiance, d'abord, puis l'adoration de ce dernier, en multipliant les actes de générosité, les cultes à leur nom, et surtout, en parvenant à maintenir la paix après un millénaire de guerre incessante. Les Dwemers n'étant plus, et aucune menace ne pèse plus sur Resdayn.

En 1E 2920, soit durant la dernière année de l'Ère Première, le Prince Daedra de la domination et du viol Molag Bal est invoqué à Gil-Var-Delle dans le Val-Boisé et sème la destruction sur son passage, provoquant la destruction de la ville et un incroyable chaos[7]. Quand Sotha Sil est informé de cet événement, il décide d'agir pour éviter que de telles catastrophes ne se reproduisent. Il se rend à Havreglace, le royaume de Molag Bal dans l'Oblivion, le 3 ondepluie 2920 et convoque les plus éminents Princes Daedra pour conclure un pacte : "les Daedra ne répondront plus à l'appel des Humains et des Mers que par le biais d'intermédiaires spécifiques tels que les sorcières et les ensorceleurs"[8].

Malgré ce pacte, une sorcière poussée par un ancien agent de Vivec parvient à convoquer le Prince du chaos et de la destruction, Méhrunes Dagon. Une fois en Morrowind, le Daedra lâche ses légions daedriques et anéantit à la fois le siège de la grande maison Sotha et la cité fondée par le dieu du même nom, Sotha Sil. Ce dernier est le seul survivant du massacre, sauvé par Vivec.

Mais Méhrunes Dagon ne s'arrête pas là. Il poursuit son invasion, poussant jusqu'à la capitale de Morrowind, Longsanglot. Avant que le Tribunal ne puisse réagir, il rase totalement la ville, aucun habitant, ni même le duc de Longsanglot, n'est épargné. Quand Almalexia, accompagnée de Sotha Sil, arrive aux portes de sa cité, elle ne voit que ruines et destruction. Les deux dieux unissent alors leurs pouvoirs pour vaincre Méhrunes Dagon, qui retourne enfin dans son Royaume de l'Oubli, non sans avoir blessé sérieusement Almalexia. Mais la vraie blessure se trouve dans son coeur : son peuple et sa ville avait été anéantis[9].

Sous la direction de la déesse, une nouvelle cité est fondée sur les ruines de la précédente[10]. En l'honneur de son rôle dans la libération de Longsanglot, le coeur historique, l'ensemble de la ville est baptisée Almalexia[11]. Une immense statue décrivant sa lutte avec le Prince Daedra est érigée au centre de Longsanglot pour commémorer sa victoire.

La guerre de quatre-vingts ans

À la fin de l'Ère première, Cyrodiil est dirigé par la dynastie impériale des Reman Cyrodiil qui souhaitent conquérir la totalité de Tamriel pour reformer un Empire plus grand que jamais, après la victoire décisive de Reman I contre les akavirois. Seule une province résiste encore : Morrowind. À la mort de Reman II, son fils Reman III reprend les rênes du pouvoir et entreprend la conquête de Morrowind. Il déclare officiellement la guerre en 1E 2840 et envahit l'ouest de la contrée.

Vivec, dieu du Tribunal, se charge de la direction des armées Dunmer et de la protection de ses terres. Au même moment, Almalexia développe une relation particulière avec lui et finit par devenir son amante[12]. Suivant les conseils d'Almalexia, Vivec imagine alors des stratégies militaires fondées sur les combats de la guerre du Premier conseil. Ses efforts sont payants : dans un premier temps, l'armée impériale de Reman II est décimée.

Néanmoins, le prince Juilek fils de Reman III, accompagné par le général tsaesci Savirien-Chorak, parvient à faire inverser la balance : il capture par la ruse la forteresse d'Ald Marak et force les Dunmer à signer un traité d'armistice. Celui-ci, peu contraignant, vise essentiellement à annexer pacifiquement Morrowind tout en laissant à sa population le choix de son culte et de ses traditions. Vivec l'accepte et la paix est promue. Morrowind, terre des Dunmers, devint province impériale en 1E 2920[13].

La place d'Almalexia, dans cette longue guerre, n'a pas été au devant des combats mais plutôt dans les salles de commandement, derrière les cartes tactiques. Elle joue notamment un rôle important dans la signature du traité de paix, et donc, dans la fin de la guerre.

Les invasions akaviri

Les siècles qui suivent la Guerre de Quatre-Vingts Ans sont consacrés à la reconstruction de Morrowind par les dieux du Tribunal qui, malgré leur lourde défaite face à l'Empire, n'ont pas perdu de leur prestige. Almalexia est toute entière tournée vers sa cité détruite et vers son peuple meurtri. Mais encore une fois, la paix ne va pas durer.

Au milieu de la Deuxième Ère, deux invasions venant d'Akavir secouent la province. La première menée par des troupes de race non identifiée attaque Vvardenfell. Dans un premier temps, les ennemis vainquent les forces Dunmer du Tribunal, ce malgré l'intervention des Tribuns. Voyant la ville de Vivec assiégée, Almalexia et Vivec élaborent une stratégie pour mettre à bas les envahisseurs que rien ne semble pouvoir arrêter. Ils enseignent à tous les habitants de la ville à respirer sous l'eau, à l'aide de sorts, puis inondent toute la zone entourant le centre de la cité, noyant la majorité des forces ennemies.

La seconde invasion, comportant des hordes de Kamal, une race de démons des neiges venant d'Akavir, débarque sur Tamriel. Ils envahissent Bordeciel, mettent Vendeaume à sac et pénètrent les terres jusqu'en Morrowind, sous la direction du général Ada'Soom Dir-Kamal. Arrivés dans la région des Éboulis, les Dunmers, menés par Almalexia, avec l'aide des Nordiques, menés par Jorunn et Wulfharth[note 1], parviennent à arrêter l'avancée kamali. Ces derniers résistent farouchement avant de finalement céder par l'arrivée inopinée de renforts Argoniens[14]. L'alliance de ces trois peuples marque le début du Pacte de Coeurébène[15][16] qu'Almalexia défend[17][18].

La secte des Malmenaît

Almalexia en 2E 582 dans son temple de Longsanglot
Tu es un mensonge, Almalexia! Un faux dieu! Je te renie comme l'imposteur que tu es! Les Princes Daedra reviennent. Je les accueille comme les véritables dieux de ce pays.— Meram Vox, 2E 582

En 2E 581, le pouvoir d'Almalexia est ébranlé. Le Prince Daedra Boéthia, maître des complots, convainc le fils d'une magistrix, une servante d'Almalexia, de voler le Jugement de Véloth, une relique sainte du Temple. Celui-ci est arrêté à temps et exécuté par la déesse alors même que sa mère, Urili Vox supplie qu'elle le laisse en vie. Ensuite Almalexia envoie Urili servir de guide en Morrowind à Flaccus Terentius, chargé de rédiger le Nouveau guide impérial de Tamriel, pour que ça lui serve de pénitence[19].

Elle s'acquitte de sa tâche mais Boéthia lui murmure ses mensonges à l'oreille tant et si bien qu'elle finit comme son fils par les croire. Dès lors, elle entreprend de destituer Almalexia qu'elle prend pour un dictateur[20]. Pour se faire, elle crée la secte Malmenaît[21] qui utilise le Fléau de Llodos pour ébranler la foi des fidèles de la déesse tout en se proposant comme des guérisseurs.

Un aventurier finit par découvrir la vérité et est chargé par Almalexia de traquer Urili Vox. Celle-ci, avec la puissance de Boéthia, sème le chaos dans la région de Deshaan, détruisant le village de Selfora ainsi qu'un sanctuaire du prophète Véloth et, réussissant là où son fils avait échoué, s'empare de son marteau, le Jugement de Véloth. L'aventurier pourchasse la magistrix et l'affronte mais elle est si puissante qu'elle le tue. Cependant, le marteau l'empêche de disparaitre dans Oblivion ou l'Aetherius et l'envoie dans un monde d'esprits où Urili Vox est vulnérable. Là, il parvient à l'éliminer et Almalexia utilise sa magie divine pour ramener son champion sur le plan mortel[22].

La chute du Tribunal

Le retour de Dagoth Ur

Au coeur du Mont Écarlate, dans l'antique forteresse de Dumac, Dagoth Ur et ses serviteurs corrompus dorment toujours d'un sommeil profond et agité, après leur défaite de la guerre du Premier Conseil. La Maison Dagoth reprend ses forces, en vue d'un ultime combat contre le Tribunal.

En 2E 882, quand il s'estime prêt, Dagoth Ur émerge enfin de son long sommeil et réveille ses vampires des cendres. Dans la chambre du Coeur de Lorkhan, il entreprend la création d'un nouveau Numidium, Akulakhan, qui lui servirait à la fois à détruire le Tribunal et de Dieu unique pour le nouveau culte qu'il veut imposer aux Dunmers. Il semble avoir adopté les pensées et les motivations du défunt Grand-Prêtre dwemer Kagrénac.

Pour réaliser son plan, il doit empêcher les Tribuns de pénétrer dans la forteresse, autant pour garder l'existence de l'Akulakhan secrète que pour bloquer tout accès au Coeur de Lorkhan, sans lequel le Tribunal ne peut effectuer leur rituel annuel nécessaire au maintien de leurs pouvoirs divins. Devant la résistance de Dagoth Ur, qui n'est plus qu'un fantôme rongé par l'aura maléfique du Coeur, Almalexia et ses deux compagnons tentent de forcer l'entrée en envoyant leurs armées. Mais Dagoth tient bon et parvient même à étendre son territoire à l'extérieur du Mont Écarlate, comme l'atteste la base avancée de la Sixième maison Kogoruhn. Il recrute Dormeurs, Rêveurs et membres du culte par l'intermédiaire de songes. Les adeptes les plus faibles deviennent des pestiférés, les plus puissants progressent par étapes vers le stade de Dormeurs élevés.

En 3E 417, Almalexia et Sotha Sil perdent les artefacts Lamentation et Broyeur, dérobés par Dagoth Odros et Dagoth Vemyn. Vivec sauve Almalexia et Sotha Sil mais, Lamentation et Broyeur étant perdus, les forces du Temple des Tribuns sont obligées de fuir le mont Écarlate[23].

L'influence de la Sixième maison grandit de jours en jours, multipliant les maladies au sein des Dunmers grâce aux tempêtes que Dagoth Ur parvient à provoquer, d'abord près de la forteresse Dwemer, puis de plus en plus loin dans les terres. Les membres du culte augmentent considérablement, et les assassinats deviennent fréquents. Le chaos s'installe, devant les yeux impuissants des Tribuns incapables de pénétrer le Mont Écarlate et qui voient leurs pouvoirs diminuer peu à peu, sans le Coeur de Lorkhan.

L'arrivée du Nérévarine

Plus ses pouvoirs diminuent, plus le calme et la sagesse habituelle d'Almalexia se muent en colère et en agressivité. Elle est en effet le membre du Tribunal à prendre le plus au sérieux son cas de divinité. De figure maternelle du Temple, de mère protectrice des Dunmers, elle devient chef tyrannique et impitoyable, rongée par le chagrin de la perte de son identité divine. Seule, séparée de ses deux amis et refusant de traiter avec eux, elle devient paranoïaque et obsédée par l'idée de retrouver sa gloire d'antan.

Finalement, après des années d'usure, de dépression et d'incertitude, elle en vient à imaginer que la seule manière de raviver son prestige est de se débarrasser des deux autres membres du Tribunal, pour s'octroyer la ferveur du peuple entier. Elle se sent prête à sacrifier la vie de ses deux amis les plus chers pour recouvrer ses pouvoirs. Elle assassine Sotha Sil au coeur même de sa cité mécanique, en 3E 427.

Almalexia est un soldat. Prends garde au soldat, car son acier peut confondre l’allié et l’ennemi.— Sotha Sil, Les Derniers Mots De Sotha Sil

C'est alors que le Nérévarine, réincarnation d'Indoril Nérévar en personne, vient à sa rencontre avant qu'elle ne puisse éliminer Vivec, l'autre Tribun. Se remémorant la prophétie millénaire d'Azura, qu'elle et Vivec ont fini par oublier après tant d'années, elle veut tuer le Nérévarine de ses propres mains pour éviter qu'il ne mette à mal son plan, ou pire encore, qu'il puisse accomplir la vengeance promise par Azura après leur trahison.

Mais, privée de ses pouvoirs et rendue folle par le chagrin, elle succombe sous les coups du Nérévarine et meurt sans avoir exaucé son souhait le plus cher[24][25].

Le culte de la déesse

La splendeur des étoiles est le domaine d'Ayem.— Vivec, 36 Leçons de Vivec, 11e Sermon

Selon le dogme des Anticipations, Almalexia serait l'évolution transcendante du Prince Daedra Boéthia[3][26] qui lui aurait donné naissance sur le Mont Assarnibibi sous la surveillance de Molag Bal[27].

Almalexia était le membre le plus populaire et le plus apprécié du Tribunal et, même après sa mort, ses fidèles continuent de suivre ses valeurs, refusant de croire en sa chute vers la folie. Dans le culte d'ALMSIVI, elle représente la compassion[3][28].

Almalexia, également connue comme la Mère de Morrowind, est la divinité tutélaire des soigneurs et des enseignants. Elle est la mère guérisseuse, la source de compassion, la protectrice des pauvres et des faibles. Almalexia incarne ce que la culture dunmer a de meilleur. Elle exemplifie la miséricorde et sa sagesse guide les Elfes Noirs dans leur vie de tous les jours.— Durillis, Les dieux vivants

Quand les prêtres dissidents reprennent le contrôle du Temple, à la fin du Tribunal, ils veulent que le Prince Boethia prenne la place d'Almalexia, mais celle-ci est tout de même sacrée Sainte, au même titre que son défunt mari Nérévar[29].

Akatosh (ou Auri-El) a pour ainsi dire disparu des légendes des Chimers au moment de l'exode de ces derniers, en grande partie du fait que ce dieu était associé aux Aldmers, pour lesquels il avait une grande estime. Néanmoins, ses aspects qui ont de l'importance pour les races mortelles, à savoir l'immortalité, le sens de l'histoire et la généalogie, ont refait surface en se voyant affectés à Almalexia[30][31].

Elle est l'une des protagonistes d'un conte traditionnel intitulé "Almalexia et le vasard" ainsi que des fables matinales, post-méridienes et vespérales dans lequel elle enseigne une leçon de morale.

Elle possède sa propre unité armée, les Mains d'Almalexia, choisis parmi les meilleurs Ordonnateurs[32]. Ils possèdent une tenue particulière[33].

Galerie

Notes et références

Notes

  1. D'après L'hérésie arcturienne et Mystérieux Akavir, c'est Almalexia qui a réveillé Wulfharth au Mont Écarlate où tous deux ont mis fin à l'invasion kamali. Cependant, cette version semble être une version romancée de la bataille puisqu'elle omet le rôle joué par les Nordiques et les Argoniens tout en n'expliquant pas pourquoi Wulfharth accepte de venir en aide aux Dunmers alors qu'ils ont été ses ennemis toute sa vie.

Références