Wulfharth

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Wulfharth d'Atmora
Description de cette image, également commentée ci-après

Wulfharth, à gauche, et Hans le Renard près du cadavre de Cuhlecain

Biographie
Naissance Date inconnue, Atmora
Décès 1E 533, Bordeciel
Race Nordique
Sexe Homme
Fonctions
Affiliation Bordeciel
Titre(s) et désignation(s) Dovahkiin
Haut-roi de Bordeciel
Ysmir le Vent gris
Ysmir Faiseur de rois
Ysmir le Blanc
Tempête de Kyne
Souffle de Kyne
Roi des Tréfonds
Roi des Cendres
Ra'Wulfharth
Début de règne 1E 482
Fin de règne 1E 533

Wulfharth d'Atmora, parfois appelé Ra'Wulfharth[1] dans certaines légendes khajiiti, mais aussi connu sous une multitude de surnoms, tels que "Le Roi des Cendres" ou "Ysmir le Blanc", succède à Hoag Tueur-de-Mer en 1E 480 et procède pendant son règne en tant que Haut-Roi de Bordeciel à un travail intensif de réhabilitation du panthéon nordique dans toute la province.

Guerrier accompli, il est également adepte du Thu'um. Son nom est auréolé de nombreuses légendes qu'il est parfois difficile de distinguer de sa biographie réelle.

Il est considéré par tous comme l'avatar de Shor / Lorkhan[2], principale figure du panthéon divin des Nordiques. Son essence divine lui confère des pouvoirs surhumains et lui permet d'accomplir des exploits, y compris après sa propre mort, où il sera à de nombreuses reprises appelé à intervenir sur Nirn, à repousser des invasions, à renaître de ses cendres et à combattre des ennemis, en particulier les envahisseurs Akavirois.

Son destin post-mortem est étroitement lié à celui de l'Empire de Tiber Septim, ainsi qu'aux trois Tribuns, contre lesquels il nourrit une haine séculaire.

Liée à celle de Zurin Arctus, son âme servira à alimenter le mythique Numidium en énergie.

Le mystérieux et puissant Roi des Tréfonds est possiblement une des formes réincarnées de Wulfharth.

Jeunesse

La jeunesse de Wulfharth est relativement méconnue.
D'après son nom, il serait né en Atmora, le continent qu'Ysgramor quitta pour se rendre en Bordeciel avec 500 compagnons et fonder la patrie nordique. Wulfharth apparaît bien après cet exode, puisqu'il naît durant l'Ère Première, et se révèle en réalité l'avatar de Shor, la variante nordique de Lorkhan.
Shor lui apprend l'Art de la voix, le Thu'um[1], grâce auquel il accomplira de nombreuses prouesses guerrières. Il part vivre en Bordeciel, la patrie des Nordiques.

Règne

Plaque-hommage présente à Vendeaume commémorant le règne de Wulfharth

Wulfharth est élu Haut-roi de Bordeciel[3] par le Pacte des Chefs, à la mort de Hoag Tueur-de-Mer en 1E 482. Il prête serment et édicte ses lois par écrit avec l'aide de scribes, pour éviter que son Thu'um ne provoque des dégâts. Sa première décision consiste à rétablir immédiatement le panthéon nordique traditionnel. Les édits deviennent des hors-la-loi, les prêtres et les temples alessiens sont incendiés[4].

Son règne est couronné de gloire et d'exploits : entre autres, il domine les Orques de l'Est et aspire entièrement une tempête de givre pour permettre à ses soldats de survivre au froid glacial de la Gorge du Monde. Il consacre son règne à combattre activement pour l'indépendance de Bordeciel, tuant les Orques et Elfes qui s'en prennent à son pays. Notamment il chasse définitivement de Bordeciel le clan altmeri des Direnni.

Décès

Une plaque-hommage dans la ville de Vendeaume indique que Wulfharth règne sur Bordeciel de 1E 482 jusqu'à sa mort en 1E 533 par le dieu Orkey, dont le but ultime est d'exterminer la race Nordique, jusqu'aux habitants d'Atmora.

Face à l'extrême puissance du Haut-Roi Wulfharth, Orkey invoque le fantôme d'Alduin, le Dévoreur de Temps. La quasi-totalité des Nordiques se trouvent rajeunis à l'âge de six ans. Le jeune Wulfharth appelle alors Shor à son secours. Shor accepte et, sous une forme fantômatique, domine le Dévoreur de Temps en Sovngarde, comme il l'avait déjà fait à l'aube des temps. Les Orques, peuple dOrkey, sont repoussés.

En observant ce conflit céleste, le jeune Wulfharth apprend un nouveau Thu'um, "Ce qui arrive quand on secoue le Dragon". Il s'en sert pour redonner à son peuple son âge normal, mais son propre cri le rend plus âgé que les Grises-Barbes. Il meurt immédiatement de vieillesse. La légende veut que les flammes de son bûcher funéraire aient atteint le cœur-même de Kyne[4], déesse nordique de la Tempête et incarnation du Vent.

Exploits post-mortem

La guerre du premier conseil

Les événements de la Guerre du Premier Conseil sont relatés dans deux légendes, l'une nordique, l'autre khajiiti. Les deux versions, qui incluent elles-mêmes plusieurs variantes, présentent des différences significatives, sans que la véracité historique puisse être établie pour aucune des deux.

Légende Nordique

Selon les légendes nordiques, lors de la Guerre du Premier Conseil, en 1E 668, qui oppose les Dwemers aux Chimers, les Nordiques réclament leurs territoires ancestraux. Ils s'allient à Dagoth Ur, en dépit du ressentiment historique des Nordiques envers les Dunmers, car Dagoth leur révèle où se trouve le mythique Cœur de Shor, dans le Royaume de l'Est. Les Langues - les adeptes Thu'um nordique, chantent de concert pour que revienne le fantôme de Shor. Ce dernier rassemble une nouvelle armée, et redonne vie aux cendres du Haut-roi Wulfharth, dont il fait son général, aux côtés de l'allié Dagoth[4]. Ils marchent sur les royaumes de l'est avec tous les enfants de Bordeciel. À partir de cet instant, la légende nordique présente deux variantes distinctes :

Première variante Nordique
Le Coeur de Shor ne se trouvait pas dans les royaumes de l'Est : il s'agit d'une machination de Dagoth Ur. Les Nordiques sont assaillis par des hordes de Dwemer et de Chimers dès leur arrivée au Mont Écarlate. Leurs sorciers soulèvent la montagne et la lancent sur Shor, qui est emprisonné dans les décombres jusqu'à la fin des temps. Les Nordiques sont massacrés. Wulfharth tue le roi Dumac, l'Orque nain, et maudit son peuple. Vivec le Chimer projette alors Wulfharth dans les enfers. Dans un sentiment de trahison, les quelques survivants de cette bataille rentrent chez eux sous un ciel rouge sang. Cette année est restée dans l'histoire sous le nom de l'année de la Mort du Soleil. Les Nordiques ne croiront plus jamais à une parole de Chimer. Plus tard, Kyne projettera les cendres de Wulfharth dans le ciel, l'arrachant aux enfers.
Seconde variante nordique
Dans la seconde variante nordique, Le Cœur de Shor se trouve bien dans le Royaume de l'est, à Resdaynia, comme annoncé par Dagoth. Alors que l'armée de Shor approche de la rive ouest de la Mer Intérieure, tous scrutent le Mont Écarlate où est rassemblée l'armée des Dwemers, qui attend ses alliés Chimers. Dagoth Ur prend alors la parole et révèle la véritable raison de son alliance avec les Nordiques : il est envoyé par les Tribuns pour anéantir les Dwemers avec l'appui des Nordiques. En effet, les Tribuns (Almalexia, Vivec et Sotha Sil) estiment que les Dwemers méritent d'être punis par les Dieux pour leur orgueil, et que l'accord de paix entre les Dwemers et les Chimers de Nérévar signifie la ruine de la civilisation Vélothi. Ils ont donc choisi de trahir Nérévar et d'envoyer Dagoth Ur s'allier avec les Nordiques de Wulfharth contre les Dwemers.
En apprenant qu'il allait affronter directement Nérévar, Wulfharth part à la recherche de renforts et recrute des mercenaires parmi les tribus orques. Dagoth de son côté rallie des hordes de créatures et de guerriers de toutes sortes. Wulfharth fait de nouveau la preuve de ses talents de leader et trouve les mots nécessaires pour convaincre la majorité des Nordiques de ne pas déserter et d'accepter de combattre aux côtés d'Orques. L'armée ainsi renforcée atteint le Mont Écarlate en 1E 668 et y affronte Dumac (armé d'un marteau divin), Nérévar (en possession de Lamentation) et Alandro Sul, le fils d'Azura.
Dagoth parvient à tuer Dumac, mais est ensuite vaincu par Nérévar, qui vient également à bout de Shor. Affaibli par la défaite de Shor dont il est l'avatar, Wulfharth se trouve lui aussi débordé par on adversaire Sul, à qui il lance un Thu'um avant de mourir. Sul en restera éternellement aveugle.
Seul Indoril Nérévar sort indemne de cette gigantesque bataille, mais son triomphe est de courte durée : les trois Tribuns arrivent à leur tour au Mont Écarlate et le tuent, parachevant ainsi leur complot.
Dagoth Ur, quant à lui, serait revenu à la vie grâce au pouvoir du Coeur de Lorkhan, mais aurait perdu la raison.

Légende Khajiiti

Dans les légendes khajiitis, Alkosh, le Dieu du temps, pousse un énorme rugissement qui rallie de nombreux Khajiits autour de lui. Ces fidèles deviennent de féroces et puissants guerriers. Lorkhaj (le nom khajiiti de Shor et de Lorkhan) choisit de les imiter en accordant son rugissement, le Thu'um, à Wulfharth, et lui demande de se confronter à ces valeureux combattants.

En constatant la férocité des guerriers khajiits, Wulfharth ne peut se résoudre à les tuer. À l'aide du Thu'um qui lui avait été donné par Shor, il se rend dans le ciel depuis le Mont Écarlate et s'adresse à Masser et Secunda, les deux lunes de Nirn. Il leur demande d'atteindre leur plénitude, lors de laquelle les guerriers khajiits se transforment en Senches. Shor se venge cependant en les rendant complètement fous.

Lorsque Wulfharth revient, il appelle son peuple à la rescousse. Dro'Zira, un héros khajiit légendaire, est le seul à répondre à l'appel, car tous les autres Khajiits sont devenus amnésiques. Wulfharth gravit le Mont Écarlate lui-même sur le dos de Dro'Zira pour défier Dumac, le roi Dwemer. Il s'ensuit un féroce combat où le héros nordique et le héros khajiit font preuve d'une égale bravoure, se sauvent tour-à-tour des puissants assauts de Dumac, et finissent par le vaincre[1].
Les histoires khajiits ne mentionnent pas la mort de Shor par la main de Nérévar et Dumac.

L'invasion de Dir-Kamal

De nouveau, la légende comporte deux variantes : dans l'une, il incarne le Roi des Tréfonds, et dans l'autre, il est rappelé de Sovngarde pour aider Jorunn à venger la mort de sa mère tuée par les Akavirois. Le point commun entre les deux variantes est le rôle essentiel joué par Wulfharth dans la lutte victorieuse contre les invasions akaviroises. Sur ce point précis, il semble qu'il s'agisse d'une réalité historique avérée.

Première variante : la légende du Roi des Tréfonds

Le Roi des Tréfonds, alias Wulfharth, vers 3E 405
Une des versions de la légende raconte que lorsque son dieu, Shor, est vaincu, Wulfharth découvre qu'il lui est difficile de stabiliser sa forme de Roi des Cendres. Il parvient à se traîner hors du Mont Écarlate, mais le monde a changé, et Morrowind semble en feu. Un vent violent l'emporte et souffle ses cendres sur le royaume de Bordeciel.
Les Nordiques lui donnent alors le nom d'Ysmir le Vent gris, ou Tempête de Kyne. Il perd son identité. Il aspire à la revanche avec la même intensité que Dagoth Ur, mais ses tentatives sont vaines : les Dunmers sont trop puissants. Wulfharth se réfugie sous terre et attend, reprend des forces et reconstitue son corps. Contre toute attente, c'est Almalexia elle-même qui trouble son repos en l'appelant pour combattre aux côtés des Tribuns contre Ada'Soom Dir-Kamal, le démon akavirois. Face à l'ampleur du danger, Wulfharth accepte de combattre Ada'Soom. La menace éliminée, il disparaît de nouveau pendant trois cents ans. Il devient le "Roi des Tréfonds".

Seconde variante : le retour de Sovngarde

La seconde théorie affirme qu'après la mort de Shor, Wulfharth rejoint Sovngarde, lieu de repos éternel des héros nordiques après leur décès.
Il y séjourne au moins jusqu'en 2E 572. Après la mort de la Haute-reine de Bordeciel Mabjaarn lors d'un assaut par les troupes akaviri d'Ada'Soom Dir-Kamal à Vendeaume, son fils, le prince Jorunn, tombe dans un profond chagrin. Il décide de faire appel aux Grises-Barbes et se rend secrètement au monastère du Haut Hrothgar. Les Grises-Barbes acceptent de l'aider et rappellent Wulfharth pour combattre à ses côtés.
Wulfharth et Jorunn rassemblent les Nordiques de tout l’Est de Bordeciel, de Vendeaume à Faillaise. Les guerriers sont galvanisés par la présence de Wulfhart. Dir-Kamal trouve Faillaise défendue par ces Nordiques redoutables. Il décide d’éviter la ville et de marcher sur Longsanglot[5]. Jorunn et Wulfharth mènent leurs troupes à sa poursuite, et une armée nordique pénétre en Morrowind pour la première fois depuis la bataille du Mont Écarlate. Rapidement, l’armée akaviri est prise en étau entre les Nordiques et une armée dunmer menée par Almalexia. La bataille est indécise jusqu’à l’intervention surprise d’une tribu de Dos-de-fer argoniens menée par trois mages de guerre reptiliens. Les Akavirois, vaincus, sont rejetés à la mer, où ils se noient par milliers[6].
Son but atteint, Wulfharth retourne en Sovngarde et Jorunn est couronné Haut-roi à Vendeaume[7].

Wulfharth le Roi des Tréfonds

Vers 2E 572, les grondements des Grises-Barbes parviennent à ses oreilles. Alors que l'Empire s'est effondré, des rumeurs circulent, selon lesquelles un élu allait le faire renaître. Ce nouvel Empereur est censé vaincre les Elfes et régner sur Tamriel. Wulfharth pense qu'il est l'élu de cette prophétie. Il se rend directement au Haut Hrothgar pour interroger les Grises-Barbes. Quand ces derniers lui répondent, le monde tremble et Wulfharth est réduit en cendres. Les seules paroles qu'il entend sont : " Souviens-toi de la couleur de la traîtrise, roi Wulfharth." Il n'est pas l'élu : c'est un jeune guerrier de Hauteroche qui est désigné, le futur empereur Hjalti, plus connu sous le nom de Tiber Septim.

Ce n'est que plus tard que Wulfharth joue un rôle important dans la restauration de l'empire, en s'alliant à Hjalti et à Cuhlecain, le roi d'Épervine. Ensemble, ils réunifient Cyrodiil et reprennent la Cité Impériale. Cuhlecain, sur le point d'être couronné Empereur, est assassiné discrètement par Hjalti et ses acolytes, et le meurtre est imputé aux ennemis personnels de Cuhlecain en Hauteroche. Dans l'urgence, Zurin Arctus proclame Hjalti nouvel Empereur de Cyrodiil sous le nom de Tiber Septim. Il confie à Wulfharth des responsabilités importantes en Bordeciel et en Hauteroche, même si Wulfharth œuvre essentiellement dans l'ombre.

Wulfharth est toujours rongé par la haine et la soif de vengeance, et il insiste avec persévérance auprès de Tiber Septim pour que l'empire envahisse Morrowind et s'attaque au Tribunal. Il lui fait miroiter la perspective des mines d'ébonite de Morrowind, sources de richesse alors que les finances de l'empire sont au plus mal après quatre siècles de guerre, et que Cyrodiil est encore en ruines. Wulfharth argumente aussi qu'avec la mort des Tribuns, Tiber Septim pourrait s'approprier le pouvoir du Temple et l'utiliser contre les Altmers, les plus grands ennemis de Lorkhan. Cependant, L'Archipel de l'Automne est la dernière préoccupation du nouvel empereur, qui envisage au contraire de signer un traité de paix avec le roi d'Alinor. L'argument financier l'emporte et l'empire envahit Morrowind. Les Tribuns se rendent. Quand Wulfharth découvre que les conditions de l'armistice incluent une politique de non-ingérence dans les affaires du Temple des Tribuns et la reconnaissance des religions dunmers, il est furieux et abandonne l'Empire. Il pense que c'est à cette décision que se référaient les Grises-Barbes dans leur prophétie de "trahison".

L'empire ne peut conquérir tout Tamriel sans le soutien du Roi des Tréfonds, et les zones déjà conquises sont loin d'être toutes pacifiées. La rébellion gronde déjà en Martelfell. On entend parler du Numidium. Tiber Septim, fasciné depuis toujours par les Dwemers, recherche le puissant artefact. Son émissaire, Arctus, découvre les récits de la guerre du Mont Écarlate. Bien qu'il ne dispose que renseignements fragmentaires, il pense que c'est le coeur de Lorkhan qui doit donner vie au Numidium.

Tiber Septim décide de s'emparer du Numidium pour conquérir le monde. Il reprend contact avec Wulfharth en lui disant qu'il avait toujours eu raison et qu'il faut se débarrasser des Tribuns. Il prétend avoir pris conscience, pendant son absence, du véritable danger que représente Dagoth Ur. Wulfharth tombe dans le piège. Il est capturé dès son arrivée, et Tiber Septim s'empare de son âme qu'il emprisonne dans une gemme spirituelle. Il ne parvient qu'à transpercer Zurin Arctus avec son coeur rugissant avant de retourner à l'état de cendres.

La disparition d'Arctus ne gêne pas Tiber Septim outre mesure, car il est alors en possession du Mantella, un artefact capable de faire fonctionner le Numidium en l'absence du coeur de Lorkhan, grâce à la puissance spirituelle combinée de Zurin Arctus et de Wulfharth, tous les deux avatars de Lorkhan et contenus dans le Mantella.

Sans être de Dieu-Machine espéré par Tiber Septim et les Dwemers, le Numidium permet bien des conquêtes militaires. Mais une fois réglé le cas de l'Archipel de l'Automne, une nouvelle menace fait son apparition : un mage mort-vivant décomposé qui peut contrôler les cieux. Le mage et le Numidium se détruisent réciproquement, et le Mantella tombe dans l'océan.

Beaucoup plus tard, lorsque Pélagius I, fils de Tiber Septim, monte sur le trône, il se montre très nerveux dans ses relations avec les provinces. Il n'a pas la carrure de son père. Un conseiller se présente à lui comme étant Wulfharth[8]. Il aurait réussi à libérer son âme du Mantella en 3E 405, lors du Voile de l'Ouest[9].

Wulfharth fait encore partie intégrante des légendes nordiques plusieurs siècles après sa mort. Un grand nombre de chants, la plupart écrits par des bardes, lui sont consacrés et relatent ses exploits.[10].

Notes et références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 L'histoire de Dro'Zira
  2. Michael Kirkbride : Lorkhan and his avatars
  3. Rislav le juste
  4. 4,0, 4,1 et 4,2 Cinq chants du Roi Wulfharth
  5. Jorunn le Roi Scalde
  6. La deuxième invasion akaviroise
  7. Nouveau guide impérial de Tamriel
  8. L'hérésie arcturienne
  9. TES 2 : Daggerfall
  10. Chant des hommes d'Askelde