Altmer

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
High elves Adamovicz Skyrim.png


Le peuple des Altmers, littéralement le "Haut Peuple"[1][2], est un peuple elfique originaire de l'Archipel de l'Automne. Certains d'entre eux se sont établis sur la partie continentale de Tamriel. Les Altmers sont réputés puissants magiciens, fiers voire arrogants, et initiateurs de la science et des arts modernes[1].

Origine

Les Altmers se considèrent eux-même comme les descendants directs et les plus purs des premiers Ehlnofeys sur Nirn[1], et se disent originaires d'Aldmeris[3], tantôt considéré comme un continent perdu[4], tantôt comme l'unité spirituelle du peuple elfique[5].

Les premiers colons altmeri s'installent sur l'Archipel de l'Automne au cours de l'ère méréthique. Ils érigent la Tour de Cristal, qui symbolise la gloire de l'esprit elfique[6]. Malgré ces rêves d'unité du peuple elfique, la société des Altmers connait à l'époque de nombreuses fractures et divisions : Les Psijiques s'isolent sur l'île d'Artaeum[6], le prophète Veloth et ses fidèles, les Chimers, s'exilent en Resdayn[7], le puissant Clan Direnni s'installe au nord-ouest de Tamriel[8], et les Ayléides s'établissent au centre de Tamriel[9]. Des légendes racontent même que les Orcs ne sont que des parias des premiers Altmers, contraints à quitter l'Archipel pour s'établir dans les montagnes de Tamriel[10].

Ces hémorragies successives s'arrêtent vers la fin de l'ère méréthique. Le peuple altmeri conserve depuis lors une certaine unité, et préfère vivre isolé sur son archipel. Seuls les elfes des Psijiques et des Direnni restent physiquement et culturellement proches des Altmers de l'Archipel de l'Automne, et sont donc toujours considérés comme des Altmers.

Il faut noter que, contrairement à une croyance répandue, les autres peuples elfiques (Bosmers, Maormers, Dwemers et cetera) ne descendent pas des Altmers : ce sont des peuples cousins, dont les ancêtres communs sont les Aldmers d'Aldmeris[5].

Description

Les Altmers sont des elfes de grande taille, à la peau pâle et aux cheveux généralement clairs. Beaucoup d'entre eux donnent l'impression d'être fiers, jusqu'à l'arrogance. En effet le terme "Haut" constituant le nom "Altmer" peut être interprété en référence à leur grande taille, mais aussi à leur haute estime d'eux-mêmes[1].

Outre leur stature, ils sont d'une constitution fine qui accentue l'impression de "raffinement" propre à ce peuple. Ils sont naturellement prédisposés à la magie, et ceux qui suivent cette voie deviennent en général d'excellents mages, qui ressentent la magie de façon intuitive.
Fiers de leur sang, ils considèrent que celui-ci les rend supérieurs aux autres races, et résistants aux diverses maladies[1]. Par ailleurs ils sont bénis par le dieu Phynaster, cette bénédiction leur permet de vivre environ un siècle de plus que les autres races elfiques[11].

Culture

Les Altmers de l'Archipel de l'Automne, (à l'exclusion donc des Direnni et des Psijiques), sont fascinés par la pureté de leur sang, l'ordre, la logique et l'arithmétique[12][13][14]. Leur vie, très stricte, est régie par un ensemble de règles et codes sociaux appelés "praxis"[15].

Ils sont fréquemment suspectés d'eugénisme, ceci expliquerait leur faible taux de natalité[16]. Ils ordonnent leur environnement si bien que l'Archipel ressemble à un immense jardin sans contrée réellement sauvage[17], un jardin qu'ils refusent de quitter et où ils tolèrent mal les intrus. Le bannissement de l'Archipel est un sort considéré comme pire que la mort[16], ceux qui quittent leur patrie volontairement sont au contraire vus comme des martyrs.
Fascinés par l'ordre et le numérique, leur vie est régentée par de nombreuses cérémonies qui occupent une bonne partie du calendrier[15]. L'athlétisme mathématique est aussi un sport réputé chez les Altmers[13].

Ils sont versés dans les pratiques intellectuelles, notamment les sciences ou les arts. Leur culture est donc riche et a influencé de nombreux peuples : la langue commune, le Tamrielien est fortement imprégnée de la langue altmeri[1].

Face à cette vie contraignante, un certain nombre d'Altmers préfèrent abandonner leur patrie natale au risque d'être déshérités ou interdits de retour ad vitam aeternam[18]. D'autres tentent de faire évoluer leur société en restant sur place, on peut notamment citer le groupe Les Magnifiques à la fin de l'ère troisième - qui devint par la suite terroriste.[6].
Toutefois l'intensité de cette culture varie en fonction des époques, elle est à son maximum sous le règne du Thalmor et est à son minimum sous la colonisation de l'Empire de Cyrodiil.

Noms

Les noms des Altmers se composent généralement d'un unique prénom. Toutefois pour les Altmers de haute extraction, il est possible que le prénom soit suivi d'un nom de clan, ou encore d'une "origine", telle que "Ocato de Primeterre" ou "Elante d'Alinor".

Il est à noter que les noms des Altmers, ou tout au moins ceux des familles nobles et royales, sont définis par la "praxis"[15] et possèdent un "mystère numérique"[2], et qu'ils seraient constitués d'une combinaison de nombres[16].

Prénoms masculins

Aldaril, Anarenen, Andil, Angoril, Armion, Arrille, Athellor, Carecalmo, Caryarel, Earmil, Eraamion, Erundil, Fainertil, Falanaamo, Fanildil, Fiiriel, Gladroon, Hecerinde, Hyarnarenquar, Ilmiril, Inganar, Iroroon, Itermerel, Kardryn, Landorume, Meanen, Meryaran, Mollimo, Moranarg, Mororurg, Mossanon, Nande, Nelacar, Norionil, Olquar, Qorwynn, Rimintil, Rumare, Sanyon, Seanwen, Sinyaramen, Sorcalin, Tauryon, Telinturco, Tragrim, Tunengore, Tusamircil, Tyermaillin, Undil, Uulernil, Volanaro, Yakov, Yanniss, Yarnar, Ancotar, Angalmo, Areldil, Arkved, Arterion, Calindil, Carandial, Celedaen, Eldamil, Enrion, Errandil, Faelian, Falcar, Gilgondorin, Henantier, Hindaril, Hirtel, Honditar, Lithnilian, Mankar, Mannimarco, Merandil, Merildor, Ocato, Ohtimbar, Orintur, Ormil, Raven, Salmo, Seridur, Sinderion, Suurootan, Tilmo, Tumindil, Umbacano, Ungarion, Vingalmo, Volanaro, Voranil

Prénoms féminins

Anirne, Ardarume, Calmaninde, Camandil, Celria, Ciralinde, Culumaire, Cumanya, Dhaunayne, Elanande, Elante, Eldafire, Elenwen, Erissare, Erranil, Estalenya, Estirdalin, Estoril, Faire, Fistelle, Helende, Hession, Iirenoore, Imare, Iniel, Irinwe, Lorurmend, Mirkrand, Nalcarya, Siltalaure, Sirilonwe, Sondaale, Taarie, Tarerane, Tenyeminwe, Termanwe, Viraninde, Ardaline, Ariente, Arquen, Aryarie, Astante, Atraena, Caminalda, Caranya, Earana, Eilonwy, Elante, Elidor, Erissare, Hlidara, Karinnarre, Mirie, Nerussa, Ohtesse, Palonirya, Ranaline, Ruma, Tandilwe, Varulae

Noms de clan

Aundae, Aldmeri, Arenim, Camoran, Crodo, Direnni, Mothril

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 TES 3 : Morrowind
  2. 2,0 et 2,1 Guide de poche de l'Empire, Première édition
  3. Guide de Proche de l'Empire, Troisième Édition - Les temps immémoriaux
  4. Guide de Proche de l'Empire, Troisième Édition - Aldmeris
  5. 5,0 et 5,1 L'interception de Nu-Mantia
  6. 6,0, 6,1 et 6,2 Guide de Proche de l'Empire, Troisième Édition - Les îles bénies : Alinor et l'Archipel de l'Automne
  7. La Vie des Saints
  8. Guide de Proche de l'Empire, Troisième Édition - Les fils et les filles des Direnni de l'ouest : Hauteroche
  9. Avant l'âge d'homme
  10. La Véritable Nature des Orques
  11. Religions de l'Empire
  12. Dominion Prism Textract
  13. 13,0 et 13,1 Thot-Box
  14. Notes découvertes sur des plans de l'architecte haut-elfe Neleminduure
  15. 15,0, 15,1 et 15,2 Ayrenn - La Reine inattendue
  16. 16,0, 16,1 et 16,2 Guide de Poche de l'Empire, Première Édition - Le Domaine Aldmeri
  17. TES Online
  18. Lettre à un fils déshérité