Kyne

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Kyne
Description de l'image  Kyne by adam adamowicz2.png.
Caractéristiques
Groupe divin Aedra
Fonction principale Le Baiser de la Fin
Fonction secondaire Déesse de la tempête, du vent et de la pluie
Équivalent(s) par syncrétisme Kynareth
Khenarthi
Tava
Représentation sexuée Féminine
Famille
Conjoint(es) Shor
Enfant(s) Morihaus
Symboles
Animal Faucon

Kyne, le Baiser de la Fin, est la déesse nordique de la tempête et la personnification du Vent[1][2]. Avec Shor/Lorkhan, elle est également associée à l'inspiration, l'étincelle créatrice[3].

Kyne est le pendant de Kynareth dans le culte des Neuf divins et de Khenarti dans la mythologie khajiiti. Toutefois, elle occupe une place beaucoup plus importante dans les mythes fondateurs du peuple nordique. Les Nordiques considèrent en effet qu'au commencement, au plus haut point de Bordeciel - la Montagne du Haut Hrothgar, dite la Gorge du Monde -, le Ciel a soudain soufflé sur la terre de Tamriel pour engendrer les premiers hommes[4].

Kyne est de plus la Veuve de Shor[5], le roi des dieux nordiques vaincu par les dieux elfiques et condamné au monde souterrain. Mara et Dibella, déesses de l'amour, de la fertilité et de la beauté, sont ses servantes. Pour ces raisons, Kyne est donc considérée par les Nordiques comme la Mère des Hommes[1][6].

Prête-nous courage, et affûte nos armes et notre âme.
Déesse guerrière, Mère des Nordiques.

— Auteur inconnu, Hymne à Kyne

Elle est la divinité favorite des guerriers[7]; certains des plus grands héros sont associés à Kyne, comme Morihaus[8][9] ou Wulfharth[10][11], tous les deux surnommés souffle-de-Kyne. Les filles de Kyne enseignèrent aux premiers Nordiques à utiliser le thu'um, la voix de la tempête[1]. La maîtrise du thu'um devint un art martial, dont les pratiquants sont appelés les Langues. Certains de ces puissants maîtres du Thu'um choisirent d'utiliser le l'art de la Voix à des fins pacifiques et construisirent un monastère au sommet du Haut Hrothgar, en hommage à Kyne. Ils y perfectionnèrent leur art, méditèrent et écoutèrent les enseignements de la déesse dans le murmure du vent. Ces maîtres retirés, dont la voix est si puissante qu'ils sont condamnés à un éternel silence, sont connus sous le nom collectif de Grises-Barbes[12].

La pluie serait constituée des larmes de Kyne[13], un phénomène purificateur dont l'origine serait l'expression du chagrin de Kyne consécutif à la mort de Shor.

Notes et références