Province Impériale d'Akavir

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher

Province Impériale d’Akavir


Administration
Forme de l'État Province coloniale de l'Empire
Titre du dirigeant Empereur
Continent Akavir
Capitale Ionith
Monnaie Septim
Histoire
Indépendance Colonisation
Date Mi-l'an 3E 288
Dissolution Absorption par le royaume Tsaesci
Date Début 3E 289

La Province Impériale d'Akavir est une province éphémère fondée aux alentours de la première semaine du mois de Mi-l'An 3E 288, lors de l'invasion du royaume tsaesci par l'empereur Uriel Septim V[1].

Histoire

La flotte impériale quitte Port noir le 23 Ondepluie et atteint les côtes d'Akavir six semaines plus tard. Septimia, une ville portuaire de Tsaesci, est la première colonie de la province. La cité voisine de Ionith est la base impériale et le siège de l'invasion. Immédiatement après la prise d'Ionith, Uriel V dépêche des émissaires auprès des Tsaescis afin de négocier l'implantation de l'Empire sur le sol d'Akavir. En parallèle, les quatre légions présentes lors de l'invasion restructurent le port de Septimia, construisent une route entre Septimia et Ionith ainsi que des forts le long du fleuve. Plutôt que de poursuivre la conquête, la stratégie est donc de consolider les acquis et d'acter la création d'une province par la négociation plus que par les armes. Cela n'arrive cependant jamais, car même si des émissaires viennent rencontrer l'empereur qui consolide ses possessions, les attaques reprennent dès la saison des orages. La province est au final abandonnée en 3E 289 en raison des conditions météorologiques extrêmes et des attaques tsaesci. Uriel V meurt au combat pendant la mise en déroute des légions[2][3]. La zone est par la suite reprise par les indigènes et n'a jamais été reconquise par les forces impériales depuis[4].

Géographie

La province englobe la partie inférieure d'une grande rivière, le long de laquelle les deux colonies sont situées. Le terrain qui l'entoure est composé de champs riches et bien irrigués. Les côtes quant à elles consistent en des mangroves jalonnées de bancs de sables, îles et récifs, rendant la navigation difficile[4]. La région semble également être l'une des plus occidentale du continent, car c'est cette caractéristique qui est retenue pour le débarquement.

Notes et références

Apparitions

Références