Hannibal Traven

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Hannibal Traven
Description de cette image, également commentée ci-après

Hannibal Traven en 3E 433

Biographie
Naissance Date inconnue
Décès 3E 433, Cyrodiil
Race Bréton
Sexe Homme
Fonctions
Affiliation Guilde des Mages de Cyrodiil
Titre(s) et désignation(s) Archimage

Hannibal Traven est le dirigeant du chapitre de la Guilde des Mages d'Anvil. Par la suite, il est promu Archimage de la Guilde en Cyrodiil[1]. C'est un farouche opposant à la nécromancie qu'il interdit purement et simplement sous sa direction[2]. Lors de cette interdiction, la moitié du conseil des mages de l'Université Arcanes de la Cité Impériale démissionne[3].

J'ignore ce que l'archimage Traven a contre la Nécromancie, mais quand il a été nommé à la tête de la Guilde des mages, sa première action a été d'en interdire la pratique.— Auteur inconnu, 3E 433

Cette interdiction lui attire, ainsi qu'à la Guilde des Mages, les foudres du Roi des Vers et de la Guilde des Nécromanciens. Les nécromanciens fomentent une vague d'assassinats à l'encontre des membres de la guilde et finissent même par détruire la guilde des mages de Bruma. Cette folie s'arrête cependant grâce à l'intervention d'un mage dont la montée au sein de la guilde est fulgurante et au sacrifice d'Hannibal Traven. En effet, l'Archimage se sacrifie en aspirant son âme à l'intérieur d'une énorme gemme noire qui a été précédemment volée aux nécromanciens, permettant ainsi au mage de résister aux sorts du Roi des Vers et de le vaincre. La Guilde des Mages est ainsi sauvée[4].

Je... j'ai reçu une note de l'archimage Traven. Je sais ce qu'il a fait pour nous et qu'il vous a choisi pour le remplacer. Je le pleurerai quand je serai seul, en privé. Pour l'instant, je ne peux que me réjouir. Vous avez restauré la sécurité de la guilde, et je vous en remercie. J'ai déjà prévenu toutes les maisons locales que vous êtes désormais à la tête de la guilde. Félicitations, archimage.Raminus Polus, 3E 433

Notes et références