Septimus Signus

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Septimus Signus
Description de cette image, également commentée ci-après

Septimus Signus en 4E 201 dans son refuge

Biographie
Naissance Date inconnue
Décès 4E 201, Châtellerie de Fortdhiver
Race Impérial
Sexe Homme
Fonctions
Affiliation Serviteurs de Hermaeus Mora
Académie de Fortdhiver

Septimus Signus était mage à l'Académie de Fortdhiver pendant la Quatrième ère. Passionné par toutes les formes de savoir, il s'intéressa de très près aux Parchemins des Anciens, puis aux technologies dwemeri. Il essaya d'utiliser les secondes pour déchiffrer les premiers sans risquer de perdre la vue.

Il ne put résister à la tentation de fréquenter Hermaeus Mora, le Prince Daedra de tous les savoirs, y compris et surtout des savoirs interdits. Cela valut à Septimus d'être exclu de l'Académie des Mages. Il s'exila alors dans une grotte sur une minuscule île au milieu de la Mer des Fantômes pour poursuivre ses recherches.

Histoire

Durant ses études à l'Académie de Fortdhiver, qu'il intègre aux alentours de 4E 160, Septimus consacre une grande partie de son temps à l'étude des Parchemins des Anciens et de leurs pouvoirs. Il utilise fréquemment des métaphores complexes à leur sujet et se marginalise au sein de la communauté des mages[1].

Regardez sur votre gauche, un chemin. Regardez sur votre droite, un autre. Mais leur difficulté est équivalente. Mais les Parchemins des Anciens... ils regardent à droite et à gauche dans le cours du temps. Avenir et passé ne font plus qu'un. Parfois ils regardent même vers le haut. Que voient-ils alors ? Et vers le bas ? C'est là que commence la folie.— Septimus Signus

En 4E 195, il publie un livre intitulé "Réflexions sur les Parchemins des Anciens" dans lequel il tente d'expliquer leur utilité pour les Mortels et leur devenir[2].

Il se met ensuite au service d'Hermaeus Mora, et est chassé de l'Académie. Le prince Deadra attise sa soif de savoir en le mettant sur la piste d'un cube de fabrication Dwemeri, enfoui sous la glace de la Mer des Fantômes, et contenant le cœur d'un dieu. Septimus fait de la grotte son refuge et son laboratoire.

La boîte contient le cœur. L'essence d'un dieu. J'ai voué ma vie entière aux Parchemins des Anciens, mais le savoir qu'ils renferment est une révélation bien éphémère comparée à l'esprit tout-puissant d'une divinité.— Septimus Signus

Il découvre que le mécanisme nécessite du sang Dwemer pour fonctionner. Or, les Dwemers ont disparu depuis plus de 3000 ans. Il conçoit alors un appareil capable de synthétiser du sang dwemer à partir du sang de cinq races elfiques encore existantes : Bosmer, Altmer, Falmer, Dunmer et Orque.

Le sang dwemer desserre les crochets, mais l'extinction de cette race rend sa quête impossible. En rassemblant le sang de leurs pairs on pourrait constituer un fac-similé. Quelle ruse. Ils ne l'avaient pas prévu, non, même pas eux. Le sang d'Altmer, Bosmer, Dunmer, Falmer et Orsimer. Les Elfes encore en vie fournissent la clé.— Septimus Signus

En 4E 201, son destin croise celui du Dovahkiin, qui recherche un Parchemin des Anciens indispensable pour vaincre Alduin.
Septimus semble ne plus avoir toute sa tête. Il s'exprime de manière énigmatique dans des intonations inhabituelles, parle de lui à la troisième personne comme un Khajiit, rit hystériquement et est à l'évidence obsédé par ses recherches. Cette folie douce a pu être provoquée ou empirée par la vie solitaire qu'il mène depuis des années. Septimus confie au dovahkiin que la lecture d'un Parchemin des Anciens ne lui a pas endommagé les yeux, mais aurait endommagé son esprit.
Passionné par son sujet, il accepte de collaborer avec le dovahkiin et lui indique l'emplacement du Parchemin recherché, dans la tour de Mzark.

A son retour, il demande au Dovahkiin de collecter les échantillons de sang de cinq races elfiques (Altmer, Bosmer, Dunmer, Falmer, Orcimer) dont il a besoin pour imiter du sang dwemer et ainsi ouvrir le cube géant de sa grotte. Mais au lieu de révéler le Cœur de Lorkhan comme s'y attendait Septimus, le cube Dwemer géant s'ouvre sur l'Oghma Infinium. Au même moment, Hermaeus Mora trahit Septimus et le réduit en cendres. Il offre l'Oghma Infinium au Dovahkiin et lui propose de devenir son nouveau champion[3].

Écrits

Le livre "Réflexions sur les Parchemins des Anciens" constitue l'oeuvre majeure de Septimus Signus et est passé à la postérité. On le retrouve même dans la bibliothèque de l'Ordre de la Phalène Ancestrale en 2E 582 alors qu'il a été rédigé en 4E 195[4]. Il est possible que ce paradoxe temporel résulte de la Cassure du Dragon de l'Ère Deuxième, ou bien de la volonté d'Hermaeus Mora de diffuser le savoir dans le passé.

Notes et références