Berich Vlindrel

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Berich Vlindrel
Description de l'image  Messire_Berich.png.
Biographie
Naissance Date inconnue
Décès Date inconnue
Race Impérial
Sexe Homme
Fonctions
Affiliation Chevaliers des Neuf

Messire Berich Vlindrel est l'un des chevaliers des Neuf du début de la Troisième Ère. Il participe à la recherche des Reliques du Croisé et trouve l'épée et les jambières du Croisé.

C'est l'un des plus grands chevaliers de son époque, le rejeton de l'une des meilleures familles aristocratiques de Colovie. Son arrivée au sein de l'Ordre en accroit considérablement le prestige.

Il veut partir à la guerre en emportant les deux reliques qu'il a trouvées, mais dans l'ordre certains s'y opposent. Ainsi le jour où mesire Berich quitte l'Ordre des chevaliers des Neuf avec l'épée et les jambières du Croisé, Messire Caius tente de l'arrêter. Ils se battent et Berich tue Caius sur les marches du prieuré avec l'épée sacrée elle-même; après quoi il part à la guerre pour ne jamais revenir. C'est la fin de l'Ordre. Beaucoup d'amis de messire Berich partent avec lui[1].

Après la victoire de Céphorus en 3E 127, Berich Vlindrel devient une figure importante parmi les triomphateurs. Il semble que c'est lui qui inspire le décret impérial qui dissout officiellement les Chevaliers des Neuf en 3E 131. Malheureusement, le mal qui s'empara de lui le jour où il tua messire Caius grandit en lui et le transforme en dirigeant cruel et tyrannique qui terrifie le pays. Et dans la mort, le mal encore renforce son emprise sur lui. Il ne rejoint pas ses anciens compagnons pour les aider à continuer à défendre les reliques[1].

Plus tard, en 3E 433, le Divin Croisé vient récupérer les reliques dans la tombe de Berich. Ce chevalier bat le spectre de Berich et le libère du mal. Ce dernier peut alors rejoindre ses compagnons de l'ordre et reposer en paix avec eux, y compris notamment messire Caius[2].

Le mal s'est emparé de moi le jour où j'ai tué messire Caius sur les marches du prieuré. Connaissant son caractère, je l'ai nargué et l'ai tué lorsqu'il a sorti son arme. Je l'ai tué de sang-froid avec l'épée sacrée elle-même ! J'aurais pu le désarmer ou simplement le blesser. Mais un orgueil implacable m'avait saisi et je l'ai tué, après quoi je suis parti à la guerre pour ne jamais revenir. Le mal a grandi en moi et m'a transformé en dirigeant cruel et tyrannique qui a terrifié le pays. Dans la mort, le mal a encore renforcé son emprise sur moi. Grâce à vous, tout cela est fini. Messire Caius et moi allons rejoindre Aetherius côte à côte, comme autrefois. Les dieux sont vraiment miséricordieux.— Fantôme de Berich Vlindrel, 3E 433

Notes et références

Apparitions

Références

  1. 1,0 et 1,1 Les chevaliers des Neuf
  2. Événements de Oblivion - Knight of the Nine