Sur la piste de la Grande Crinière oubliée

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Média d'origine : TES Online

Par l'investigateur Vianis Orania


Commande 37, Phase Un

En recevant ma mission pour retrouver l'emplacement du site funéraire de la Grande Crinière oubliée, j'ai dû m'aventurer dans la nécropole de Rimmen. Vu ce que je savais de son histoire, par rapport au peu que l'on sait sur cet « oublié », je n'avais aucun espoir de l'y trouver enterré. Cela dit, il faut éliminer les réponses les plus probables avant de se plonger dans les plus pénibles ou improbables. Autrement dit, je ne suis certainement pas la première personne à venir chercher ici ce dirigeant oublié.

Tout d'abord, malgré son nom, la nécropole n'est pas DANS Rimmen. C'est une belle énigme en soi. Mais après avoir demandé mon chemin à une Brétonne âgée, qui semblait décidée à avaler toute la liqueur de jasmin qu'elle pourrait trouver, j'ai appris une information intéressante : ses propres études avaient révélé que la nécropole avait été fondée à cause d'une superstition locale depuis tombée dans l'oubli.

Une fois l'aïeule resservie en liqueur, elle me raconta cette superstition : à l'époque, les bâtisseurs de la région qui savaient qu'ils allaient creuser fabriquaient un appareil en fil d'or. Puis ils arpentaient la zone à excaver, le fil tendu devant eux. Si à un moment le fil tremblait, ils notaient le mouvement et décidaient de la marche à suivre. Dans ce cas, les bâtisseurs avaient parcouru un sacré bout de chemin avant d'assister à cet événement auspicieux.

Après une nouvelle application de liqueur de jasmin à ma source brétonne, elle s'effondra un tas ronflant, et je ne pus donc apprendre quel était le comportement le plus souhaitable pour le fil d'or. Je m'arrangeai pour qu'on la remonte à sa chambre, puis partis vers ma première destination.

Et maintenant, le voyage jusqu'à la nécropole.

Je crains de n'en garder que des souvenirs approximatifs. Pour commencer, Rimmen se dépêtrait de son problème avec Euraxia, et il ne restait aucun des prêtres ou gardiens que je comptais voir à la nécropole. Un charmant Alfiq que je croisai m'expliqua que cette absence, conséquence d'une action de l'usurpatrice, était très récente.

Bien sûr, j'avais une mission à accomplir, alors ce n'était pas leur absence qui m'arrêterait. En revanche, je fus ralenti par la présence d'une armée de Darloc Brae apparemment ramenée à la vie, opposée à une horde de Drémoras dans la nécropole. Comme à mon habitude, je m'efforçai d'avancer discrètement, mais je dus employer mes lames à plusieurs reprises avant d'atteindre la tombe des Grandes Crinières.

Où je trouvai enfin du calme !

Hélas, il fut de courte durée. Je me rappelle vaguement avoir parlé à quelqu'un, puis je me réveillai juste devant la dernière demeure des Grandes Crinières, avec un message fixé à mon chapeau, d'une manière très gênante et inattendue. On y avait griffonné, dans une substance noire à laquelle je préfère ne pas réfléchir :

« Allez accomplir votre mission, qui ne se trouve pas dans cette nécropole. Nous vous appellerons lorsque nous aurons besoin de vous. »

J'ai beau tenter de me remémorer cette conversation, c'est en vain. Je n'en garde, outre la curiosité de voir ces deux forces incongrues en combat, qu'un désir pressant de trouver la Grande Crinière oubliée. Mes clients précédents pourraient penser que je suis toujours décidé à accomplir mes missions, mais cette fois, c'est différent. C'est comme un impératif. Et cet impératif me perturbe beaucoup.

Quel dommage ! J'aimais tant prendre mon temps pour recueillir des renseignements. Un autre jour, peut-être, je reviendrai sur mes pas, pour savoir ce qu'il sera advenu de la nécropole de Rimmen. Je ne désire pas m'immiscer dans un conflit entre le puissant Darloc Brae et le terrible Mérunès Dagon, mais à mon retour, le conflit sera peut-être terminé. Ce conflit explique peut-être les gardiens absents, bien plus qu'une quelconque déclaration d'Euraxia.

En attendant, je continue de chercher la Grande Crinière oubliée. Espérons que cette personne a bel et bien existé, et n'est pas une simple rumeur.