Témoignages sur Baar Dau

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Média d'origine : TES Online

Par Minerva Calo, Chroniqueuse associée


Baar Dau surplombe Vivec, de manière aussi littérale que figurée. L'explication officielle est remarquablement vague. Apparemment, le Prince-Fou Shéogorath aurait lancé cet immense rocher sur Nirn. Nul ne semble savoir pourquoi ni comment. C'est un récit étrange, même pour les Elfes noirs. J'ai posé la question dans la rue, pour voir ce que le peuple pense de Baar Dau. Voici leurs histoires. Les noms ont été modifiés pour protéger les intervenants des représailles du Temple.

J'ai commencé par parler à une marchande elfe noire fatiguée, Tolvasa. Elle a cessé de trier ses oeufs de kwamas juste assez longtemps pour me faire ce récit:

"Oh, ma mère me racontait toutes sortes d'histoire sur Baar Dau. Je doute qu'elles soient vraies. Ma préférée, c'était 'L'histoire de Magna Ge l'esseulée'. Elle commence au Commencement. Dans l'histoire, une Orpheline-Étoile appelée Urna fuit dans le ciel avec ses frères et soeurs, mais se perd dans la nuit. Elle appelle à l'aide, mais l'un après l'autre, ses frères et soeurs plus forts et plus rapides fuient dans l'Aetherius. Leur chant finit par disparaître, et Una reste seule, à la dérive dans le vide. Au moment où elle va perdre espoir, elle entend des sanglots. C'était la petite Nirn, toute seule, qui dérivait dans le noir. En larmes, comme un enfant, elle essayait de s'endormir. À la recherche d'une âme soeur, Una vogua jusqu'à Nirn, et s'arrêta juste au-dessus de Vvardenfell. L'Orpheline-Étoile et Nirn se tiennent à présent compagnie, parce qu'elles sont ensemble. C'est mignon, non?"

Un mineur nordique appelé Hodstag avait une idée plus pragmatique:

"C'est une mine d'or, voilà tout! Croyez-moi, il y doit y avoir du métal précieux, dans ce machin. J'ai un copain géologue, il travaille dans les mines de la Côte d'or, vous voyez? Il m'a dit que ça avait tout d'un dépôt de minerais riche. Il a un baguette de sourcier, c'est une sorte d'appareil dwemer, je crois. Je ne devrais pas en parler. Bref, il l'a braquée sur Baar Dau, et le machin s'est mis à triller comme un pinson au printemps! Il ne reste qu'à monter là-haut avec quelques pioches, pour prendre des échantillons. Je cherche un truc qui pourrait m'emmener, mais pour l'instant, je ne trouve rien. Vous ne sauriez pas faire flotter quelqu'un, par hasard?"

Bien sûr, tout le monde n'avait pas envie de parler de Baar Dau. Un débardeur grisonnant du nom de Donoven m'a fait cette réponse:

"C'est un rocher. Je ne sais pas comment il est arrivé là. Sans doute par magie. Bon, écoutez, j'ai du boulot. Fichez le camp."

La plupart des récits étaient assez prosaïques. Au fil du temps et de la répétition, même le merveilleux devient ordinaire. Bien sûr, il y eut quelques réponses assez extraordinaires, comme celle de Tiram, un érudit elfe noir assez enthousiaste:

"C'est un oeuf, bien sûr. J'entends souvent les paysans et la plèbe parler de 'rocher'. Ha! Bande d'ignares. Seul un idiot pourrait regarder ce corps céleste imposant et le qualifier de 'rocher'. Baar Dau est la chrysalide d'où émergera le dernier enfant de la funeste union de Vivec et Molag Bal. Ce jour, notre grand seigneur Vehk sortira de son temple et affrontera l'enfant du cauchemar. Après quarante-sept jours de combat, Vivec portera le coup fatal, et projettera la carcasse de la bête dans la mer démontée, où elle éclatera en trente-six fragments, dont on ne retrouvera aucun. Ce sera très spectaculaire. Et horrible."

L'explication la plus épique me vint sans doute d'un Orque ivre, Narkhozug:

"Ce gros caillou, là? Ouais, c'est une grosse boule de bouse. Non, sérieusement! Si j'ai bien compris, un soir où Vivec et Malacath étaient tous les deux à boire et à parler de trucs divins... vous voyez le genre... enfin non, sans doute pas. Bref, Vivec a dit un truc sur les ogres, et Malacath l'a mal pris. Alors il s'est accroupi au-dessus de la ville et il nous a lâché une pêche sur la tête. Immonde, hein? Bah, c'est Malacath, ça. Mais je ne demande ce qu'il a avec le caca, à force..."

Lorsque j'ai demandé une déclaration officielle aux Inquisiteurs de la Doctrine, voici leur seule réponse:

"Il serait sage de laisser ces affaires au Tribunal. La nature précise de Baar Dau est un mystère. La clémence divine de Vivec nous sauve tous de la destruction. Voilà tout ce que vous avez besoin de savoir."

Malgré tous les efforts du Temple, le satellite de Baar Dau continue de faire l'objet de débats vigoureux, des siècles après son arrivée. La diversité des opinions est remarquable, surtout dans une ville si ferventement religieuse. Je trouve encourageant que notre société étouffante engendre tout de même autant de légendes et de théories farfelues.