L'Espoir de Rédoran

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Pour ce texte, des commentaires apparaissent au passage du curseur sur les parties de texte soulignées.
Média d'origine : TES 3 : Morrowind
Commentaire : La version anglophone propose d'autres noms pour les protagonistes. Cétébrith est ainsi Andas et Alathon, Athyn. La version francophone place le récit une génération plus tôt, Athyn étant sensé être le fils d'Alathon.

Par Tureth Níniel


Un des quelques arts magiques que les Psijiques d'Artaeum ont conservés, à l'abri des écoles et des sorts courants des guildes des Mages, est l'art de la Divination. Malgré cela, ou peut-être à cause de cela, les présages et les prophéties abondent en Tamriel. Certains oracles ont un sens, d'autres sont de la pure folie et d'autres encore sont tellement ambigus qu'ils sont invérifiables. Certaines prophéties restent secrètes, de celles d'Ar-Jizad d'Elsweyr à celles du Nérévarine de Morrowind, en passant par les Parchemins des Anciens.

Par tradition, la noblesse nordique demande à ce que l'on effectue des oracles pour leurs enfants. En général, ces prophéties sont très obscures. Par exemple, une de mes relations me raconta qu'on avait dit à ses parents que leur fille serait sauvée par un serpent. Ils la baptisèrent donc Filleserpent au cours d'une cérémonie spéciale. Et cette jeune dame, Eria Valkor Filleserpent, fut effectivement sauvée par un serpent des années plus tard, quand un assassin qui s'apprêtait à l'attaquer marcha sur une vipère danswyrm.

Il arrive parfois que les présages soient volontairement confus comme si Boéthia en avait fait des pièges. Je m'en rappelle un particulièrement. Il y a de nombreuses années, un enfant naquit dans la Maison Rédoran. Ce fut une naissance difficile. La mère délirait et était mourante au moment de l'accouchement. Quand son fils vint au monde, elle chanta puis mourut.

La chance m'a souri en ce beau jour

Mon enfant sera puissant et savant

Il apportera l'espoir à la Maison Rédoran

Ni arme ni sort ne pourront blesser cet homme

Ni maladie, ni poison ne l'affligeront

Son sang ne coulera jamais à terre.

Le garçon, appelé Cétébrith, était véritablement extraordinaire. Il ne fut jamais malade et ne s'égratigna jamais de toute son enfance. Il était plutôt intelligent et assez fort ce qui, combiné à son invulnérabilité, poussa nombre de gens à l'appeler, d'après la prophétie de sa mère, l'Espoir de Rédoran. Naturellement, quiconque porte ce nom devient forcément arrogant et il se fit rapidement des ennemis.

Le plus redoutable d'entre eux fut son cousin Alathon, qui avait enduré les nombreux abus de Cétébrith, notamment Dans la version originale, c'est à Rihad qu'Athyn est envoyé en exil pour "achever son éducation", sur l'insistance de son cousin Andas.un exil forcé dans une école lointaine. Quand Alathon revint à Martelfell, ce fut pour la mort de son père, qui était conseiller de la Maison. Alathon était assez âgé pour prendre place au conseil, mais Cétébrith revendiquait également cette place, arguant du fait que son cousin avait été éloigné trop longtemps de Morrowind et qu'il ne saurait comprendre, aussi bien que lui, la politique du pays. La majorité des membres du conseil fut d'accord avec Cétébrith. Ils voulaient que la Maison Rédoran prenne rapidement de l'importance.

Alathon revendiqua le droit d'affronter son cousin pour le siège de conseiller. Personne ne pensait qu'il pourrait l'emporter mais on décida que le combat aurait lieu le lendemain matin. Cette nuit-là, Cétébrith fit la fête et but avec les membres du conseil. Il était persuadé d'avoir sa place dans la Maison et que cette dernière allait grandir en importance. Alathon se rendit dans son château avec ses amis, les ennemis de Cétébrith, et les serviteurs qu'il avait fait venir de Martelfell.

Ils discutaient avec angoisse du duel lorsqu'un de ses vieux professeurs, une guerrière nommée Shardie se présenta. Elle était assez fière de son élève, assez fière pour l'accompagner à travers l'empire jusqu'aux terres de sa famille. Elle voulait savoir pourquoi tout le monde était si peu confiant quant aux chances d'Alathon d'être vainqueur. Ils lui expliquèrent l'étrange bénédiction de Cétébrith et la nature de la prophétie de sa mère.

" S'il ne peut être affecté par la maladie, le poison, la magie et que son sang ne peut être versé, quel espoir puis-je avoir de le vaincre ? pleura Alathon.

- N'avez-vous rien retenu de mes leçons ? répondit Shardie. Ne pouvez-vous trouver aucune arme qui puisse tuer sans verser le sang ? Les épées et les flèches sont-elles les seules armes de votre arsenal ? "

Alathon se rappela parfaitement l'arme dont Shardie voulait parler, mais cela paraissait absurde. Non seulement absurde mais aussi pathétique et primitif. Mais c'était son seul espoir. Toute la nuit, Shardie l'entraîna dans son maniement et ses techniques. Elle lui montra différents coups et postures que son peuple avait inventés à Abibon-Gora, contre-attaques, feintes et parades venues de Yokuda ; comment tenir de manière normale ou à deux mains la plus vieille arme de l'histoire.

Les cousins s'affrontèrent le lendemain matin et jamais deux combattants n'avaient eu l'air si inégaux. L'entrée de Cétébrith souleva un tonnerre d'applaudissements car, non seulement il était aimé en tant qu'espoir de Rédoran mais aussi parce que sa victoire ne faisait aucun doute et que tous voulaient lui plaire. Sa cotte de mailles brillante et son épée faisaient l'admiration des spectateurs. Par contre, Alathon surprit tout le monde et il n'y eut que quelques applaudissements quand il arriva. Il vint paré et armé comme un barbare.

Comme Shardie le lui avait suggéré, Alathon fit en sorte que Cétébrith l'attaque en premier. L'espoir de Rédoran était impatient d'en finir avec ce combat et fit tout pour le terminer rapidement. La lame de Cétébrith frappa le torse d'Alathon mais pas assez profondément. Avant qu'il puisse dégager son épée, Alathon le repoussa avec sa propre arme. Quand ce dernier attaqua et blessa Cétébrith, l'Espoir de Rédoran fut tellement surpris de sentir la douleur pour la première fois de sa vie, qu'il en laissa tomber son épée.

Moins j'en dirai sur la fin de ce combat mieux cela vaudra. Disons juste qu'Alathon, avec un simple gourdin, massacra Cétébrith sans verser son sang.

La version originale parle ici de "prendre la place de son père au conseil"Alathon prit place au conseil et l'on décréta que l'on avait mal interprété la phrase "Il apportera l'espoir à la Maison Rédoran". Cet espoir faisait référence à Alathon, pas à Cétébrith. Après tout, si Cétébrith n'avait pas tenté de ravir le siège de conseiller à son cousin, Alathon n'étant pas très ambitieux aurait pu ne pas vouloir le conserver. Cela peut certainement se comprendre ainsi. Ce passage n'existe pas dans la version originaleAlathon devint l'archimaître du conseil, une position dont a hérité son fils de nos jours.