Cultes de l'empire, réflexions

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Média d'origine : TES 3 : Morrowind

Par Cuseius Plecia


Tiré de la correspondance de Cuseius Plecia, marchand impérial, écrivant depuis l'auberge de Vos, région de Vvardenfell, province de Morrowind.

" ... J'ai eu l'occasion de noter que les habitants du coeur de l'empire, dont je fais partie, et les citoyens des autres races assimilées à l'empire ont, pour la plupart, une relation formelle et impersonnelle avec leurs dieux et esprits. Pour nous, les cultes sont d'abord et avant tout, des organisations sociales et économiques. En règle générale, nous ne pensons aux Huit Divins qu'en des termes abstraits ; ils nous apparaissent puissants, certes, mais nous pensons également que les affaires des hommes les indiffèrent. Nous tâchons juste de nous les concilier par des offrandes, sans rechercher une relation plus poussée. Les exceptions notables à cette règle sont les cultes mineurs mais charismatiques d'Akatosh et de Dibella. Le culte impérial de Tiber Septim s'accompagne lui aussi d'un culte secondaire pouvant s'enorgueillir d'un charisme considérable.


Exception faite de l'Ordre des Alessiens, dont nous considérons l'avènement comme un âge de ténèbres, les cultes religieux n'ont joué qu'un rôle très restreint dans l'histoire de l'empire et des provinces centrales. Cela s'explique par le fait que la dynastie Septim a toujours veillé à limiter l'influence des ordres religieux pour tout ce qui concerne les domaines politiques, militaires ou bureaucratiques. Les croyances de chacun relèvent de la vie privée et les annonces à caractère religieux sont vues d'un très mauvais oeil.


Chez les Nordiques, le culte des héros s'oppose de manière flagrante avec l'approche séculaire, majoritaire au sein de l'empire. Néanmoins, le culte impérial de Tiber Septim est similaire aux croyances nordiques, en ce sens qu'il incite à vénérer Tiber Septim et non un dieu, et l'on notera qu'il trouve un écho plus que favorable au sein de l'armée, des colons éloignés et des étrangers récemment assimilés.


En Morrowind, le culte des Tribuns comme celui qui le précédait, le culte des ancêtres de chaque Maison, est intime et personnel, par opposition aux autres religions impériales. Dans le système du culte des ancêtres, le fidèle bénéficiait d'un lien direct, prodigué par son sang, avec l'esprit qu'il cherchait à contacter. Le Temple repose sur les mêmes bases, puisque les croyants entretiennent une relation avec un dieu vivant, qui arpente notre monde, qui s'entretient avec ses prêtres et ses fidèles, et dont le comportement quotidien constitue un modèle prescrit pour tous.


Les différences d'ordre religieux entre les Dunmers de Morrowind et les habitants du coeur de l'empire proviennent d'une succession de malentendus sociaux et politiques entre les deux cultures. Les habitants du centre de l'empire considèrent la religion à la légère, alors que les Dunmers la prennent très au sérieux, surtout pour ce qui est de la vénération des esprits.


Les habitants du coeur de l'empire se montrent désinvoltes et tolérants pour ce qui est de la religion, au contraire des Dunmers extrêmement fervents et intolérants. Les premiers ne parlent jamais avec leurs dieux et ne pensent pas que leurs actions soient constamment examinées et jugées par ces derniers. De leur côté, les Dunmers sont persuadés qu'aucun de leurs faits et gestes n'échappe à la vigilance des Tribuns et des

esprits ancestraux... "