Rimmen

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Rimmen
Description de cette image, également commentée ci-après

Rimmen en 2E 583

Administration
Province Elsweyr
Région Anequina
Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de Rimmen en 2E 583

Rimmen est une ville au Nord-Est d'Elsweyr. Son nom signifie les "hommes du bord", termes utilisés par les Khajiits désignant d'abord leurs habitants immigrés, d'origine akaviroise[1],

Structure

Rimmen se caractérise par des bâtiments de pierre couleur ivoire avec peu de tours, mais de nombreux dômes.

La place du marché, vide en son centre, est entourée de tentes et de stands et délimitée par des canaux. Une large avenue bordée par ces mêmes cours d'eau mène vers le palais de la cité.

Le palais est un édifice à l'apparence antique posé sur un socle rocheux à plusieurs niveaux. Chaque étage accueille plusieurs bâtisses ainsi que des étendues de terre. Au sommet, se trouve un bâtiment cylindrique surmonté d'un large dôme doré. De l'eau s'écoule en cascade sur les flancs du palais pour alimenter le bassin qui l'encercle[2]. Une Guilde des Guerriers se glisse parmi les nombreuses habitations et permet ainsi aux plus jeunes de développer leurs méthodes de combat[3].

La ville est habitée par les Lambasters Joviaux qui ont pour particularité de vénérer le Prince Daedra Vil Clavicus[4].

Histoire

Depuis sa création, la ville est connue comme étant un point de passage de caravanes khajiits[5]. La cité était l'un des seize royaumes qui perdurèrent jusqu'au XXIIIe siècle de la Première ère[6]. Compte tenu de son emplacement stratégique, Rimmen a toujours été le plus prospère des seize royaumes d'Elsweyr[7].

En 1E 461, la Bête Dorée d’Anequina, Darloc Brae, devient célèbre en succédant à l’empereur lunaire de l’ancien Elsweyr. Les conquêtes de Darloc Brae sur le nord d'Elsweyr lui valurent notamment le contrôle de Rimmen et d'Arenthia[8][9].

En 1E 2260, la Peste Thrassienne fait d'énorme ravages en Elsweyr. Rimmen n'y échappe pas : avec cinq autres royaumes du nord, il est absorbé par le royaume de Ne-Quin-Al, plus connu sous le nom d'Anequina[5][8].

En 2E 430, peu après la mort du potentat Savirien-Chorak, des réfugiés tsaesci de Cyrodiil arrivent en ville, où ils sont accueillis par les Khajiits. Ils fuient alors les persécutions du seigneur de guerre Attrebus, prétendant au trône impérial[1]. Ils y construisent en son enceinte un lieu de pèlerinage, le Tonenaka[10][11], dont on dit qu'il accueille dix mille statues[2]. Ils construisent en outre le village de Hakoshae dans les collines au sud de Rimmen.

En 2E 576, après le Coup d'état qui a eu lieu au mois soufflegivre de la même année, le pouvoir est remis à Euraxia Tharn, la demi-sœur de Abnur Tharn[12].

En 2E 812, la ville fait sécession d'Elsweyr et devient son propre royaume. Puis, lorsque les restes de l'armée akaviroise de Ada'Soom Dir-Kamal (défaite en 2E 572) prennent le contrôle de Cyrodiil, les Rimmen les rejoignent dans l'espoir de reconstruire l'Empire. Cette tentative est un échec et, en parallèle, les Khajiits mènent plusieurs guerres frontalières contre les Rimmen pour récupérer leurs terres[1].

En 2E 854, Tiber Septim devient Empereur de Cyrodiil. Sentant leur indépendance menacée, les Rimmen paient un tribut à la Crinière, garantissant sa protection et l'indépendance du royaume[1]. Cependant, en 2E 896, Tiber Septim réactive le Numidium dans la ville[13] et s'en sert pour conquérir tout Tamriel. Nous ignorons si les Rimmen ont résisté ou non aux légions de Tiber Septim.

Au cours de l'Ère Troisième, Rimmen devient une des plaques tournantes du trafic du skouma[5].

Lorsque la coutume des combats de gladiateurs se répand dans tout Tamriel au cours de la Troisième Ère, Rimmen se dote de sa propre équipe, appelée "les Crushers"[14].

Dans les années 40 de la Quatrième Ère, Rimmen est un royaume indépendant. La ville subit de grosses restrictions, elle refuse l'accès à certaines tribus jugées comme "hostiles"[2].

La ville est référencée dans une chanson traditionnelle contant l'annuel bal hivernal de la cour[15].

Notes et références