Respiration aquatique (Livre)

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Pour les articles homonymes, voir Respiration aquatique.
Auteur réel : Ted Peterson
Média d'origine : TES 3 : Morrowind
Commentaire : Texte illustré d'après le Codex.

Par Haliel Myrm


Respirationaqua.png


Il marchait dans les rues arides et bondées de Bal Fel, heureux de se retrouver parmi des étrangers. Sur les quais de Vivec, il n'avait pas pu être aussi anonyme. Là-bas, ils savaient qu'il était un contrebandier mais ici, il pouvait être n'importe qui. Un modeste marchand ambulant peut-être. Pourquoi pas un étudiant ? Certaines personnes le bousculaient même en passant comme pour dire : " Nous ne nous montrerons pas grossiers en vous faisant remarquer que vous n'êtes pas d'ici. "

Séryne Rélas n'était dans aucune taverne mais il savait qu'elle était quelque part, peut-être derrière la fenêtre d'une habitation ou en train de fouiller un tas de détritus pour trouver un ingrédient pour un sort ou un autre. Des sorcières, il ne savait qu'une chose, elles étaient particulièrement excentriques. Perdu dans ses pensées, il faillit passer à côté de la vieille Dunmer qui se rafraîchissait à un puits. Rien qu'en la voyant, il sut qu'il s'agissait de Séryne Rélas, la grande sorcière.

" J'ai de l'or pour vous, lui dit-il alors qu'elle lui tournait le dos. Si vous m'apprenez comment respirer sous l'eau. "

Elle se retourna, un large sourire grimaçant éclairant son visage ridé. " Je ne respirais pas sous l'eau, mon garçon. Je me rafraîchissais.

- Ne vous moquez pas de moi, répondit-il sèchement. Soit vous êtes Séryne Rélas et vous m'apprendrez comment respirer sous l'eau, soit vous n'êtes pas celle que je crois. Il n'y a que deux possibilités.

- Si tu veux apprendre à respirer sous l'eau, il va falloir que tu apprennes qu'il y a infiniment plus de possibilités mon garçon. L'école de l'Altération ne se consacre qu'aux possibilités, à l'altération des trames, et elle a pour but de faire en sorte que les choses deviennent ce qu'elles pourraient être. Je ne suis peut être pas Séryne Rélas, mais je peux t'apprendre à respirer dans l'eau, dit-elle en s'essuyant la bouche. Ou peut-être suis-je Séryne Rélas et que je ne t'apprendrai rien. Ou peut-être puis-je t'apprendre à respirer dans l'eau mais seras-tu incapable d'assimiler la leçon.

- J'apprendrai, dit-il simplement.

- Pourquoi ne pas te contenter de t'acheter un sort de respiration aquatique ou de t'acheter une potion à la guilde des Mages ? demanda-t-elle. C'est généralement ce que font les gens.

- Ce n'est pas assez puissant, dit-il. Je dois rester sous l'eau très longtemps. Je suis prêt à te payer ce que tu veux mais je ne veux aucune question. On m'a dit que tu pourrais m'apprendre ce que je veux.

- Quel est donc ton nom, mon garçon ?

- C'est une question ", dit-il.

Il se nommait Tharien Winloth mais sur les quais de Vivec on l'appelait le Collecteur. Son boulot consistait à récolter une part des butins des contrebandiers quand ils arrivaient au port, pour le boss de la Camonna Tong. Sur cette part, il touchait un pourcentage. Un tout petit pourcentage. Il n'avait pas beaucoup d'or, et ce qui lui restait il le donna à Séryne Rélas.

La leçon commença le jour même. La sorcière conduisit son élève sur une plage au bord de la mer :

" Je vais t'enseigner un puissant sortilège pour respirer dans l'eau, mon garçon, dit-elle. Mais il te faut le maîtriser. Comme tous les sorts et tous les talents, plus tu le pratiques, plus tu sais t'en servir. Mais même cela n'est pas suffisant. Pour atteindre la maîtrise, tu dois comprendre ce que tu fais. Ce n'est pas simplement parvenir à donner un coup d'épée parfait...Il faut que tu comprennes ce que tu fais et pourquoi tu le fais.

- Cela me paraît évident, répondit Tharien.

- Oui, ça l'est, dit Séryne en fermant les yeux. Mais les sorts d'altération concernent tout ce qui n'est pas évident. Les possibilités infinies, faire s'effondrer le ciel, dévorer l'espace, danser avec le temps, mettre le feu à la glace, croire en l'irréel. Tu dois apprendre les règles du cosmos et les violer.

- Cela paraît... très difficile ", répondit Tharien en essayant de ne pas se décomposer.

Séryne désigna du doigt un petit poisson argenté qui nageait au bord de l'eau. " Eux, ils ne trouvent pas ça si difficile. Ils respirent dans l'eau de manière aisée.

- Mais ce n'est pas de la magie.

- Ce que je suis en train de t'expliquer, mon garçon, c'est que c'est de la magie. "

Pendant plusieurs semaines, Séryne s'occupa de son élève et plus il comprenait ce qu'il faisait et plus il s'entraînait, plus il pouvait rester longtemps sous l'eau. Quand il découvrit qu'il pouvait lancer le sort pour la durée dont il avait besoin, il remercia la sorcière et prit congé.

" J'ai une dernière leçon à t'apprendre, dit-elle. Tu dois savoir que le désir ne suffit pas. Le monde mettra un terme à ton sort quelle que soit ta maîtrise et quel que soit ton désir.

- C'est une leçon que je suis heureux d'avoir apprise ", dit-il avant de partir vers Vivec.

Les quais n'avaient pas changé. On y sentait les mêmes odeurs, on y entendait les mêmes bruits et on y voyait les mêmes individus. Il apprit de ses camarades que le boss avait trouvé un nouveau Collecteur. Ils recherchaient encore le vaisseau de contrebande Morodrung mais ils avaient renoncé à tout espoir de le revoir un jour. Tharien savait qu'ils ne le retrouveraient jamais. Il l'avait vu couler dans la baie quelques semaines auparavant.

Lors d'une nuit sans lune, il lança son sort et plongea dans les eaux sales. Il se concentra sur le monde des possibilités : les livres pouvaient chanter, le vert était bleu, l'eau était de l'air et chaque battement de jambes le rapprochait du navire englouti plein de trésors. Il sentit la magie l'envahir tandis qu'il s'enfonçait encore plus profondément. Devant lui, il aperçut la silhouette fantomatique de l'épave du Morodrung, son mât agité par les courants sous-marins. Il sentit aussi que son sort était en train de se dissiper. Il pouvait réussir à altérer la réalité suffisamment longtemps pour remonter à la surface mais pas assez pour atteindre l'épave.

La nuit suivante, il replongea et, cette fois-ci, le sort fut plus puissant. Il put approcher suffisamment pour voir le navire recouvert de sédiments dans ses moindres détails. Il vit la déchirure dans sa coque à l'endroit où il avait heurté les récifs. Un éclat d'or s'échappait de l'intérieur. Mais il sentit son sort se dissiper et dut remonter à la surface.

La troisième nuit, il pénétra dans la carcasse, écarta les corps boursouflés des marins à moitié dévorés par les poissons. Leurs yeux étaient vitreux et leur bouche grande ouverte. S'ils avaient pu connaître ce sort, pensa-t-il, mais son attention revint à l'or dispersé sur le fond, de l'or qui s'échappait de coffres brisés et de sacs déchirés. Il envisagea d'en mettre le plus possible dans ses poches mais une solide boite de fer attira son attention.

Sur la paroi étaient accrochées plusieurs clefs. Il les prit pour les essayer toutes mais aucune n'ouvrait la boîte. Cependant, il en manquait une. Tharien examina la pièce. Où pouvait-elle être ? Son regard se posa sur le corps d'un des marins qui flottait en une danse de mort près de la boîte. Sa main serrait quelque chose. C'était la clef. Quand le navire s'était mis à sombrer, le marin avait dû se précipiter sur la boîte. Ce qui s'y trouvait devait donc avoir de la valeur.

Tharien prit la clef du marin et ouvrit la boîte. Elle était remplie de verre brisé. Il fouilla jusqu'à ce qu'il sente quelque chose de solide. Il sortit alors deux flasques semblant contenir une sorte de vin. Il sourit en songeant à la folie du pauvre ivrogne. Parmi tous les trésors du Morodrung, c'était ce qui avait paru si important aux yeux du marin.

Puis, soudain, Tharien Winloth, sentit la réalité le submerger.

Il n'avait pas fait attention au fait qu'elle reprenait le dessus. Son sort se dissipait et il ne pouvait plus respirer sous l'eau. Il n'avait pas le temps de regagner la surface. Il ne pouvait plus rien faire. L'eau s'engouffra dans son organisme.

Quelques jours plus tard, les contrebandiers travaillant sur les quais découvrirent le cadavre de l'ancien Collecteur. Trouver un cadavre dans les eaux de Vivec n'était pas très étonnant mais ce qui alimenta leurs discussions autour d'une bouteille de flin, c'était comment il avait pu se noyer avec deux potions de respiration aquatique en main ?