Remords du survivant : Différence entre versions

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
(Page créée avec « {{Book|developpeur=|auteur=|titre auteur=|date=|source={{média|Online}}|commentaire=|resume=|sous titre=|auteurIRL=|dateIRL=|langue=}} Aken est mort. Nous avons grandi en... »)
 
(Aucune différence)

Version actuelle datée du 3 novembre 2019 à 15:55

Média d'origine : TES Online


Aken est mort. Nous avons grandi ensemble, nous avons fait la course dans le désert, joué avec des bâtons que nous prenions pour des épées, et gagné de l'or en livrant les guerres des autres. Lorsque nous sommes devenus gardes pour les Boucliers, c'était presque comme une retraite anticipée.

Jusqu'à l'arrivée du dragon.

Nous étions de patrouille, comme tous les autres jours. Les oiseaux terreurs étaient en pleine période d'accouplement, et donc particulièrement agressifs. Aken avait une merveilleuse astuce, apprise d'un Argonien. On prend une gourde sèche, et on y fait quelques trous. Puis on l'attache au bout d'une longue ficelle. Je lui ai dit qu'il était fou, mais quand il a fait tourner ce machin au-dessus de sa tête, ça a donné un cri de meute de chacals qui a fait déguerpir les oiseaux.

Je ne lui ai jamais dit à quel point c'était une bonne idée. Je suis trop bête. Bonne idée, mais…

Aken, espèce d'idiot. Ça n'avait aucune chance de faire fuir un dragon. Il l'a gobé d'un seul coup, et je suis resté planté là, bouche bée, le pantalon plein de pisse, à écouter ses cris.

J'ai fui. Pardon, Aken. Je suis un lâche.

Il se trouve qu'on ne trouve pas l'absolution au fond d'une bouteille de jagga, ou d'une cruche de vin de Taillemont au rabais, ni même dans cette saleté de skouma. On ne trouve qu'une gueule de bois ou une bonne crise de manque. Puis on a l'impression qu'on a des poils plein la gorge. Si on se tourne vers les dieux, les prêtres vous sortent un sermon à la noix, selon lequel c'est la volonté des Divins, et seule la prière apporte le salut.

Tout ça, c'est du vent. Ils ne savent rien.

Je vais tout arranger, Aken. Tu as toujours compté sur moi pour que je te défende, et au moment où ça comptait, je n'ai rien fait. J'ai étranglé un bon sang d'Elfe des bois cannibale à mains nues pendant qu'il me bouffait le doigt, j'ai chargé un loup-garou enragé de face, mais ce dragon a eu raison de mon courage.

Ça fait quelques heures que le dragon tourne au loin. Il tourne en rond. Je pense qu'il sait que je suis là. Je ne te vengerai pas, mais au moins, le fantôme de mon père ne me traitera pas de lâche jusqu'à la fin de mes jours.

Je t'aime, mon frère. J'arrive.