Journal d'Aldmirion

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : navigation, rechercher
Média d'origine : TES Online

Par Aldmirion


Quelle étrange demande !

Je me promenais un soir, je grignotais dans une ruelle, lorsque je remarquai que le cou impérial auquel je m'abreuvais portait un médaillon doré. Je reconnus aussitôt le sceau du Culte du Ver noir. Le temps de considérer cela, j'entendis une choc sourd d'un objet contondant percutant la chair et l'os, et mon monde sombra dans la nuit.

Je m'éveillai dans une cave, ligoté à une chaise, la tête prise dans un étau de douleur. Plusieurs adeptes encapuchonnés m'entouraient, chacun avec dans l’œil une étincelle assassine. Ils me plaisaient beaucoup.

L'un des adeptes paraissait différent des autres, et je le reconnus presque aussitôt comme leur chef. Il avait une froideur et un calme bien à part, et ne semblait pas me craindre.

Il se présenta sous le nom d'Abnur Tharn. Il semblait contrarié que j'aie choisi de me repaître d'une de ses ouailles les plus loyales. En temps normal, m'expliqua-t-il, j'aurais été désincarné pour une telle infraction. Mais il m'avoua ressentir une certaine affection pour mon style et mes tendances... violentes. Il avoua me trouver très prometteur, et voulait me proposer un accord qui pourrait nous apporter une certaine satisfaction réciproque.

Si j'acceptais de rejoindre le Culte du Ver, je pourrais prendre la place de cet agent. Je logerais dans un repaire souterrain pratique, au sein de la ville, ce qui m'assurerait une facilité d'accès aux repas, ainsi qu'une réserve presque illimitée de pierres d'âme noires.

L'accord paraissait effectivement prometteur, mais pour me faire l'avocat du Daedra, je lui demandais quelle serait l'alternative. Pour me répondre, Tharn ouvrit un portail vers Havreglace juste devant mes pieds. Ma chaise commença à osciller, et les cris des damnés montèrent à mes oreilles. Un délice à entendre, mais je ne voulais pour autant connaître leur expérience de manière personnelle.

Il va de soi que j'ai choisi la servitude. Et maintenant, je passe mes jours à garder cette maudite caverne tout en rôdant dans les rue de la ville après la tombée de la nuit. Ce n'est pas une mauvaise existence. En fait, j'ai même commencé à étudier la nécromancie. A un moment, Tharn consentira peut-être à m'enseigner les subtilités de cet art. J'ai tout le temps du monde, après tout ...