Anvil

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Révision datée du 29 janvier 2019 à 15:13 par Goultard (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Anvil

Cœur-Enclume

Description de cette image, également commentée ci-après

Bannière de la ville

Description de cette image, également commentée ci-après

Anvil vers 2E 582

Administration
Province Cyrodiil
Région Colovie
Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de la ville en 2E 582

Anvil, également appelé Forge et Cœur-Enclume, est une importante cité portuaire de la mer Abécéenne située en Colovie à l'extrême ouest de Cyrodiil au bout de la route d'Or.

Structure

Durant la fin de l’Ère Troisième, la ville est divisée en trois zones : la ville fortifiée, le château et le port[1].

À l'entrée de la ville se trouve une grande place où l'on trouve les guildes des Guerriers et des Mages. La ville se développe ensuite d'Est en Ouest[1].

La partie Ouest comporte les différentes échoppes, habitations ainsi que l'accès au port et au phare[1].

La partie Est mène à la chapelle de Dibella, au lugubre manoir Bénirus que les habitants pensent hanté et au château construit sur une île dominant l'entrée du port afin de le protéger[1].

Histoire

On trouve trace de l'existence d'Anvil dès 1E 2200 quand le roi Bendu Olo mène la Flotte de Tous les Drapeaux en expédition punitive contre les Sloads qui ont déclenché la Peste Thrassienne[2][3].

À l'origine, la ville semble avoir été un refuge hétéroclite de huttes délabrées de bandits, pirates, voleurs et réfugiés divers. Mais une théorie lui donne une origine plus romantique. D'après elle, Anvil serait née d'un regroupement d'admirateurs de son monument le plus emblématique, la Sirène, réputée antérieure à toute construction dans la cité[4].

La cité se développe ensuite et se transforme en une ville cosmopolite, profitant du climat et du commerce maritime et fluvial de la région[5].

Sous Leovic, la cité est un lieu de villégiature à la mode, et l'empereur lui-même s'y rend fréquemment[5]. Elle est alors dirigée par le Préfet Ephrem Bénirus[6] et accueille une partie de la flotte de la marine impériale, sensée patrouiller la mer abécéenne et faire la chasse aux pirates.

En 2E 576, au cours de la rébellion de Varen Aquilarios contre l'Empereur des longères, la Côte d'or est séparée des états coloviens par le Mur de Varen, ce qui l'isole des troubles majeurs de la rébellion. Ephrem Benirus lance cependant ses forces contre les forces révoltées de Kvatch, épuisant et décimant la garnison[7]. La seigneur marchand Fortunata ap Dugal, en profite l'année suivante pour s'allier à des pirates et conquérir la ville, la déclarant indépendante de l'Empire, elle et la Côte d'or. Son emblème, deux sabres rouges sur fond blanc, deviennent l'emblème de la nouvelle province[8].

Avec la disparition de l'Empereur Varen, Anvil augmente son pouvoir sur la région en matant Kvach, suite au massacre de Gottshaw[9]. La cité prospère, profitant de la paix de la région pour attirer les marchands de tous les territoires[8].

Durant la guerre contre l'Usurpateur, la ville et sa région sont contrôlée par une bande de pirates appelés les "Sabres Rouges" et son capitaine Torradan ap Dugal. À la fin de la guerre, le mage de Guerre Fasil Umbranox est chargé par l'Empereur de mettre fin à la menace de ces pirates. Il les traque pendant quatre ans jusqu'à ce que les pirates mènent un assaut contre la ville. La bataille est intense mais tourne en défaveur des insurgés qui tentent de fuir en longeant la côte Sud, seul moyen possible puisque les impériaux ont incendié la ville. Néanmoins c'est peine perdue quand les mages de guerre font s'effondrer la falaise sur le bateau pirate mettant un terme à la menace[10].

Récompensé par l'Empereur, Fasil Umbranox est élevé au rang de comte d'Anvil et ses descendants dirigent la ville au moins jusqu'à la fin de la Troisième Ère avec Millona Umbranox et Corvus Umbranox[11].

En 3E 433, un aventurier achète le manoir Bénirus[12] et y combat une liche, ancêtre de l'ancien propriétaire, qui menace la cité[13].

La même année, une bande de voleuse surnommée les "Sirènes" détroussent les hommes après les avoir séduits. Elles finissent par être éliminées par un aventurier avec l'aide des gardes de la ville[14].

Au cours de la Grande Guerre, en 4E 172, la ville tombe face aux armées du Domaine Aldmeri[15].

Galerie

Notes et références