Confrérie Noire

De La Grande Bibliotheque de Tamriel
Aller à : Navigation, rechercher

Confrérie Noire

Description de l'image  Dbhand.png.
Présentation
Type de faction Guilde, secte
Création Peu avant 2E 358
Fondateur Mère de la Nuit
Politique
Idéologie Nihilisme
Filiale Main Noire
Sombres-écailles
Opposition Morag Tong
Légion Impériale
Penitus Oculatus

La Confrérie Noire (ou Dark Brotherhood), est à la fois une guilde d'assassins et un culte religieux voué principalement à Sithis et éventuellement à Méphala, elle est particulièrement influente dans tout Tamriel et est dirigée par une femme mythique : la Mère de la Nuit‎.

Historique

L'origine de la Confrérie Noire reste essentiellement secrète de par la nature de l'organisation, aussi diverses théories ont été émises par les historiens, voici une possible synthèse :

Il existait durant l'Ère Première une secte d'assassins rituels dunmers, la Morag Tong[1], qui gagna en influence jusqu'au quatrième siècle de l'Ère Seconde et l'assassinat du Potentat Versidue-Shaie en 2E 324 par cette dernière[2].
S'en est suivit un schisme au sein de la secte, étant une organisation fondamentalement secrète, on ne connaît pas la raison exacte de ce schisme, peut-être religieux, peut-être de politique interne[3]. Les séparatistes fondèrent alors la Confrérie Noire, après une hypothétique fusion avec une branche elle-même dissidente de la Guilde des Voleurs, le tout rassemblé sous la tutelle de la Mère de la Nuit[4].
Quoi qu'il en soit, la Morag Tong et la Confrérie Noire restèrent à jamais deux factions, bien que sœurs, totalement opposées, une "guerre silencieuse" se déroulant entre elles...

Au fil des années, l'organisation prit de l'importance, tout d'abord à travers les contrats proposés par la reine Arlimahera d'Hégathe en 2E 412, puis finalement par l'assassinat du Potentat Savirien-Chorak et de tous ses héritiers[2]. En 3E 41, elle assassina l'empereur Pélagius Septim alors qu'il priait au Temple de l'Unique[5], la renommée de la Confrérie Noire s'établit ainsi dans tout Tamriel et la Légion Impériale mit tout en oeuvre pour l'éliminer[6].
À une époque non-précisée, la Confrérie Noire fraternisa avec l'ordre des Sombres-écailles d'Argonie. L'organisation ne cessa ainsi de croître en puissance et en influence.

Le déclin s’amorça à la fin de l'Ère Troisième, et s’accéléra au début de l'Ère Quatrième.

  • En 3E 421, Greywyn Belnwyth, un vampire membre de la Confrérie Noire dit avoir reçu une vision de Sithis lui-même, lui demandant de purger la Confrérie Noire de tout le "sang propre" —les non-vampires—, il fonda alors un groupe nommé les "Balafres pourpres" à cette fin. La Confrérie Noire dut alors opérer une purge dans ses propres rangs pour éliminer les Balafres[7].
  • En 3E 427, la Confrérie Noire perdit notablement son influence en Morrowind ; la Morag Tong éradiqua la présence de la Confrérie sur tout Vvardenfell. Quant au Nérévarine, —alors cible d'un contrat lancé par le Roi Helseth Hlaalu[8]— il décima ses rangs dans les sous-sols de Longsanglot. Le sanctuaire de l'organisation d'assassins était alors dirigé par un Dunmer du nom de Dandas Vules[9].
  • En 3E 433, Mathieu Bellamont, membre éminent de la Confrérie Noire de Cyrodiil, trahit cette dernière, il manipula des assassins pour qu'ils exécutent leurs propres frères et sœurs et réussit à provoquer une purge complète de tout un sanctuaire[10]. Mathieu finit par être découvert et éliminé avant la réussite totale de son plan[11].

Au début de l'Ère Quatrième, l'ordre des Sombres-écailles finit par disparaître, peut-être sous l'influence de l'An-Xileel, cependant que la Grande Guerre entre l'Empire et le Thalmor mena à la destruction de nombreux sanctuaires de la Confrérie, le chaos suivant cette guerre fit disparaître un à un les différents sanctuaires. La Mère de la Nuit finit par être déplacée de Cyrodiil à Bordeciel par Cicéron en 4E 201, où se trouvait le dernier sanctuaire connu de la Confrérie Noire[12]. Ce sanctuaire avait survécu grâce à (ou malgré, selon les points de vue) l'abandon des anciennes traditions liées à la Mère de la Nuit. Cette évolution lui aurait permis d'esquiver les troubles de cette période avec une souplesse que ne possédaient pas les autres sanctuaires.

L'arrivée de la Mère de la Nuit en Bordeciel réanima la foi en les traditions chez certains membres de ce sanctuaire. Les dissensions entre partisans des traditions et partisans de la modernité s'aggravèrent, et provoquèrent un acte de trahison de la part d'Astrid, chef de la Confrérie, qui conduisit à la destruction du sanctuaire par le Penitus Oculatus. Peu de temps après, l'assassinat de de l'empereur Titus Mede II par les survivants redonna gloire au nom de la Confrérie Noire, qui put alors recruter de nouveau selon les traditions et s'installer dans un ancien sanctuaire rénové près d'Aubétoile[13].

Organisation

→ Voir les membres de la Confrérie Noire connus.

Structure

La Main Noire

La Confrérie Noire se dit être une famille, et comme toute famille, celle-ci possède un Père, Sithis, et une Mère, la Mère de la Nuit.

Ainsi c'est la Mère de la Nuit qui dirige l'organisation, elle prend la forme d'un cadavre d'une femme, l'esprit à l'intérieur de ce cadavre est omniscient, il collecte l'entièreté des contrats de la Confrérie Noire, soit un nombre colossal[11][13].
À coté de cela, on a croisé plusieurs femmes, vivantes cette fois-ci, qui se présentent elles aussi comme étant la Mère de la Nuit[9]. Leur lien avec le cadavre est toutefois inconnu.

Sous la Mère de la Nuit se trouve la Main Noire, elle est formée d'un Écoutant —Oreille Noire—, qui est le pouce, et de quatre Annonceurs—Parleurs—, les quatre autres doigts de la Main Noire.
Cette Main Noire est le symbole de la Confrérie Noire ainsi que son corps dirigeant. L'Oreille Noire est la seule personne recevant des ordres de la Mère de la Nuit, puis elle distribue les ordres aux Parleurs, qui eux-même se chargent de les transmettre aux échelons inférieurs après avoir prit contact avec le client.
Chaque membre de la Main Noire dispose d'un Silencieux, un assassin qui le sert fidèlement ; en effet les membres de la Main Noire ne tuent que rarement[11].

Le dernier titre d'importance est celui du Gardien, ce dernier a pour charge d'entretenir le cadavre de la Mère de la Nuit. Le Gardien ne tue que rarement lui aussi[13].

Les cinq principes

Plaque citant les Cinq Principes

La Confrérie Noire est régie par Cinq Principes, que chaque membre de la famille se doit de suivre[14]:

  • Principe 1 : ne jamais déshonorer la Mère de la Nuit. Agir ainsi reviendra à invoquer la colère de Sithis.
  • Principe 2 : ne jamais trahir ni la Confrérie noire, ni ses secrets. Agir ainsi reviendra à invoquer la colère de Sithis.
  • Principe 3 : ne jamais désobéir à, ou refuser de suivre, un ordre d’un supérieur de la Confrérie noire. Agir ainsi reviendra à invoquer la colère de Sithis.
  • Principe 4 : ne jamais dérober les biens d’un Frère noir ou d’une Sœur noire. Agir ainsi reviendra à invoquer la colère de Sithis.
  • Principe 5 : ne jamais tuer un Frère noir ou une Sœur noire. Agir ainsi reviendra à invoquer la colère de Sithis.

Mais il arrive que ces principes ne soient pas suivis, par exemple lors de purges internes, où il est autorisé de tuer un frère noir ou une sœur noire. Certains membres de la Confrérie sont partisans de l'abandon progressif mais définitif des principes imposés par les traditions, et argumentent que le sanctuaire de Bordeciel (seul encore existant au début de l'Ère Quatrième), n'aurait pas pu perdurer sans enfreindre régulièrement ces principes quand cela s'avérait nécessaire.

Logistique

La Confrérie Noire recrute principalement parmi les tueurs non-affiliés[15][16]. Si l'on dit que la Confrérie Noire est une "guilde d'assassins", il ne faut pas se méprendre, certains membres sont certes des personnes versées dans l'art de l'assassinat, mais les membres peuvent tout aussi bien être des brutes que des magiciens : le but est de tuer, peu importe la méthode.

Lucien Lachance, un Annonceur de la Main Noire

Aussi il est fourni à chaque membre une armure de cuir qui fait office d'uniforme, mais elle peut être remplacée par une robe noire pour les personnes plus versées dans la magie ou n'aimant pas l'armure. Si ces deux tenues font office d'uniforme, ce dernier est loin d'être obligatoire, au fond chacun porte la tenue qu'il souhaite et certaines missions obligent de toute façon à se déguiser.

Chaque Parleur dirige un certain nombre de sanctuaires, ces sanctuaires sont des lieux secrets, généralement dans un sous-sol quelconque, où vivent les membres de la Famille de la région. Les sanctuaires sont généralement protégés par une Porte Noire, chaque porte est massive et ne s'ouvre qu'après avoir donné un mot de passe. Mais cette Porte Noire est loin d'être systématique.

Pour lier un contrat avec la Confrérie Noire, il faut habituellement réaliser le Sacrement Noir ; une prière dédiée à la Mère de la Nuit[17][18][19]. Peu après que la prière ait été entendue par la Mère de la Nuit, un membre de la Confrérie Noire prend contact avec le client, négocie le contrat, puis la cible est normalement éliminée quelques temps après.

Il arrive parfois que la Confrérie fasse appel à la Guilde des Voleurs pour obtenir certains produits dont elle pourrait avoir besoin[20].

Culte religieux

Vitrail représentant Sithis dans un sanctuaire de la Confrérie Noire
Puisse la chance être avec toi et que Son Infernale Altesse Méphala guide ta main et ton pas.— Auteur inconnu

La Confrérie Noire est autant un syndicat du crime organisé qu'un culte religieux.
Si en effet un certain nombre de membre de la Confrérie Noire tuent pour l'argent et/ou le plaisir uniquement, d'autres le font par fanatisme.

La Confrérie Noire vénère principalement Sithis[21], aussi nommé le "Père de la Terreur". Selon la légende il aurait fait de la Mère de la Nuit son amante, lui donnant cinq enfants qu'elle tua afin d'obtenir ses faveurs, donnant ainsi naissance à la Confrérie Noire[22].

Le Tharnatos décrit autant la Confrérie Noire que la Morag Tong comme étant un "culte nihiliste" dont les membres sont "voués à la damnation" et qui sont là pour "assassiner le monde"[23].
Il faut comprendre que pour les adorateurs de Sithis, Nirn n'aurait du exister que pour piéger et tuer les Et'Ada, car les concepts (Et'Ada) devaient naître puis disparaître mais pas perdurer, ainsi doivent aller les choses. La vie n'est donc qu'un accident à leurs yeux, elle ne doit pas exister.

Par extension, Méphala, déesse du meurtre est intimement liée à la Confrérie Noire[3] ; le symbole de la Main Noire vient de "Méphala Mains-Noires", de part ses mains noires, Méphala symbolise le théoricien et le terroriste, qui sont indissociables et interchangeables ; il n'y a aucune différence entre les deux[24].
De plus, nombres d'historiens émettent l'hypothèse que la Mère de la Nuit serait Méphala elle-même, ou une adoratrice de cette dernière.

On trouve aussi d'autres références aux princes daedriques ; en Morrowind en 3E427, plusieurs membres de la Confrérie Noire logeaient dans les sanctuaires daedriques de Méhrunes Dagon, la Mère de la Nuit locale elle-même logeait à Ald Sotha.
Aussi le Rasoir de Méhrunes[25] et les 27 Fils du Tisseur de Sanghin sont disputés au sein de la Confrérie Noire et avec la Morag Tong.

Finalement, les membres fanatiques de la Confrérie Noire vendent leur âme à Sithis, devenant à leur mort des "Colères de Sithis", des spectres servant Sithis par-delà la mort. Il semblerait aussi que les âmes de certaines victimes de la Confrérie Noire rejoignent aussi Sithis après la mort. À ce titre, la formule "envoyer son âme à Sithis" est une périphrase extrêmement courante pour "le tuer".

Ainsi la Confrérie Noire étant aussi bien constituée d'athées que de fanatiques, il arrive parfois que les ordres d'exécutions ne soient en fait que poèmes, cependant que d'autres sont des ordres stricts sans enjolivure[26], symbolisant ainsi les diverses sensibilités la constituant.

Notes et références

  1. L'homme à la hache
  2. 2,0 et 2,1 Les frères des ténèbres
  3. 3,0 et 3,1 Feu et ténèbres : les confréries de la mort
  4. Témoin sacré
  5. Brève histoire de l'Empire I
  6. Affiche
  7. Journal de Greywyn
  8. Contrat de la Confrérie noire
  9. 9,0 et 9,1 TES 3 : Morrowind
  10. Journal d'un traître
  11. 11,0, 11,1 et 11,2 TES 4 : Oblivion
  12. Journal de Cicéron
  13. 13,0, 13,1 et 13,2 TES 5 : Skyrim
  14. Les cinq principes
  15. Note scellée
  16. Lettre de Tsrazami
  17. Courrier du Cheval noir: Rituels de la Mère de la Nuit
  18. Journal de Claudius Arcadia
  19. Un baiser, chère mère
  20. Lettre de crédit
  21. Note tachée de sang
  22. La vérité de la Mère de la nuit
  23. Source du Chaos
  24. 36 Leçons de Vivec, 11e Sermon
  25. Objets magiques de Tamriel
  26. Lettre d'un assassin de la Confrérie Noire